Colonies: Israël pourrait annoncer de nouvelles constructions

La colonisation israélienne, notamment à Jérusalem, est considérée... (Amir Cohen, archives REUTERS)

Agrandir

La colonisation israélienne, notamment à Jérusalem, est considérée par la communauté internationale comme illégale et comme le principal obstacle à la paix, notamment parce que les colonies sont construites sur des terres qui pourraient appartenir à l'État auxquels les Palestiniens aspirent. Sur la photo, des gens marchent dans la colonie Maale Edumim, sur le territoire de la Cisjordanie occupée.

Amir Cohen, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mike SMITH
Agence France-Presse
Jérusalem

Un comité de planification israélien doit discuter mercredi de la délivrance d'un permis de construire pour 618 logements à Jérusalem-Est, malgré la récente résolution de l'ONU lui demandant de cesser la colonisation dans les Territoires palestiniens occupés, selon une ONG anticolonisation.

Les discussions porteront sur la délivrance d'un permis pour la construction de logements dans les quartiers de Pisgat Zeev (140), Ramat Shlomo (262) et Ramot (216), à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville sainte occupée et annexée par Israël, a précisé l'ONG israélienne Ir Amim.

Le maire adjoint de Jérusalem, Meïr Turgeman, qui préside ce comité, a indiqué à l'AFP que le vote vendredi à l'ONU d'une résolution exhortant Israël à «cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est» ne remettait nullement en question cette réunion, prévue de longue date.

«Nous discuterons de manière sérieuse de tout ce qu'il y a sur la table», a assuré M. Turgeman.

La résolution de l'ONU, la première à condamner la colonisation israélienne depuis 1979 --même si elle ne prévoit pas de sanctions-- a été approuvée vendredi par 14 pays des 15 membres du Conseil de sécurité.

Les États-Unis se sont abstenus, permettant l'adoption du texte qui a provoqué la colère de l'État hébreu. Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vivement critiqué le président américain Barack Obama, accusé d'avoir fait un «coup anti-israélien honteux» aux Nations unies.

Washington a de son côté annoncé que le secrétaire d'Etat John Kerry présenterait mercredi la vision qu'avait l'administration américaine sortante du processus de paix israélo-palestinien.

«Nous ne l'avons pas laissé tomber et nous ne pensons pas que les Israéliens et les Palestiniens doivent également (l'abandonner)», a déclaré mardi soir le porte-parole de la diplomatie américaine, Mark Toner.

John Kerry pense que «c'est de son devoir, dans ses dernières semaines et derniers jours en tant que secrétaire d'État, de présenter ce qu'il pense être le chemin vers une solution à deux États», selon M. Toner.

John Kerry prononcera ce discours au département d'État devant plusieurs invités parmi lesquels des diplomates présents à Washington.

Représailles diplomatiques 

M. Netanyahu a indiqué qu'il ne se conformerait pas à la résolution, et a annoncé mardi qu'il «réduisait» ses relations avec des pays ayant voté pour.

Israël a déjà rappelé ses ambassadeurs en Nouvelle-Zélande et au Sénégal et annulé son programme d'aide dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Mardi, l'État hébreu a également informé l'Angola du gel de son programme d'aide.

Des représentants de 10 des 14 pays membres du Conseil de sécurité ayant voté pour le texte, ainsi que l'ambassadeur des États-Unis, ont été convoqués dimanche au ministère israélien des Affaires étrangères. Au moins deux déplacements ont par ailleurs été annulés ou reportés, dont celui prévu cette semaine en Israël du premier ministre ukrainien.

La colonisation israélienne, notamment à Jérusalem, est considérée par la communauté internationale comme illégale et comme le principal obstacle à la paix, notamment parce que les colonies sont construites sur des terres qui pourraient appartenir à l'État auxquels les Palestiniens aspirent, menaçant ainsi la possibilité d'un règlement du conflit sur la base d'une solution à deux États.

Quelque 430 000 colons israéliens vivent actuellement en Cisjordanie occupée et ils sont plus de 200 000 à Jérusalem-Est, dont l'annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

«Nouveau procès Dreyfus»

La conférence internationale sur le Moyen-Orient, qui doit être organisée par la France le 15 janvier en l'absence des Palestiniens et des Israéliens, constitue un autre souci diplomatique pour Israël.

Des responsables israéliens craignent que cette conférence ne soit utilisée pour prendre des mesures supplémentaires contre l'État hébreu, qui pourraient être soumises au Conseil de sécurité de l'ONU avant la prise de fonctions du président américain élu Donald Trump le 20 janvier.

Les Palestiniens soutiennent la tenue de la conférence tandis que les Israéliens s'en inquiètent. Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman l'a qualifiée lundi de «nouveau procès Dreyfus» tout en appelant les Juifs de France à s'installer en Israël.

En France, l'affaire Dreyfus -- du nom d'un capitaine de l'armée, juif, condamné au bagne pour espionnage en 1894 puis réhabilité en 1906 -- avait profondément divisé la société de l'époque et reste aujourd'hui un symbole d'antisémitisme.

«La paix au Proche-Orient ne pourra se construire que dans un esprit de tolérance, d'ouverture et de dialogue. C'est dans cette perspective que la France a proposé son initiative pour la paix au Proche-Orient et entend poursuivre ses efforts en vue d'organiser la conférence du 15 janvier», a répondu mardi le Quai d'Orsay.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer