Iran: 6 personnes condamnées pour «espionnage» au profit des É.-U.

L'Irano-Américain Siamak Namazi avait été arrêté il y... (photo Ahmad Kiarostami, archives REUTERS)

Agrandir

L'Irano-Américain Siamak Namazi avait été arrêté il y a exactement un an à son arrivée à Téhéran.

photo Ahmad Kiarostami, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TÉHÉRAN

Six personnes ont été condamnées à 10 ans de prison en Iran pour « espionnage » au profit des États-Unis, parmi lesquelles l'homme d'affaires irano-américain Siamak Namazi et son père Mohammad Bagher Namazi, âgé de 80 ans, ont rapporté mardi les médias iraniens.

« Bagher et Siamak Namazi, Farhad Abd-Saleh, Kamran Ghaderi, Nezar Zaka (libanais) et Alireza Omidvar ont été condamnés à 10 ans de prison pour espionnage et collaboration avec le gouvernement américain », a déclaré Abbas Jafari Dolat-Abadi, le procureur général de Téhéran, cité par l'agence Mizan Online, liée au pouvoir judiciaire iranien.

Siamak Namazi avait été arrêté il y a exactement un an à son arrivée à Téhéran. Son père, Mohammad Bagher Namazi, avait été interpellé en février alors qu'il était venu en Iran pour tenter d'obtenir la libération de son fils.

L'UNICEF, pour lequel Bagher Namazi a travaillé, avait publié en septembre un communiqué faisant part de sa « profonde inquiétude » quant à son état de santé.

Le gouvernement américain avait demandé à plusieurs reprises la libération de Siamak et Bagher Namazi.

Bagher Namazi a été un haut responsable à l'époque de l'ancien régime impérial du Shah, occupant notamment la fonction de gouverneur de la province de Khouzistan (sud-ouest).

Les médias conservateurs ont par ailleurs dénoncé les liens entre Siamak Namazi et le Conseil national irano-américain, une ONG basée à Washington créée par des Iraniens vivant aux États-Unis pour encourager la normalisation des relations entre l'Iran et les États-Unis.

Mizan Online avait également publié en février un article dans lequel elle accusait la famille Namazi d'aider financièrement et encourager le développement des « ONG liées aux sociétés étrangères pour influencer » des changements en Iran.

Selon l'agence, les Namazi avaient aussi joué un rôle dans les contrats signés entre l'Iran et des compagnies occidentales à l'époque du gouvernement du président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005) et plus généralement l'implantation des sociétés étrangères en Iran.

Au moment de son arrestation, Siamak Namazi travaillait pour la compagnie émiratie Crescent Petroleum qui a intenté un procès contre l'Iran, réclamant des milliards de dollars de dédommagement après l'annulation d'un contrat de livraison de gaz signé en 2001.

Mizan Online a diffusé il y deux jours une brève vidéo montrant son arrestation.

Watch video!

La vidéo est accompagnée en fond sonore d'une musique martiale et d'images de militaires américains arrêtés en janvier dans le Golfe, ainsi que de l'ancien correspondant du Washington Post en Iran, Jason Rezaian, qui a passé près de deux ans en prison à Téhéran avant sa libération en janvier.

Les États-Unis avaient attendu la libération de M. Rezaian et de trois autres Irano-Américains et d'un Américain avant de verser à Téhéran 1,7 milliard de dollars représentant le montant dû pour un contrat d'armement jamais honoré datant d'avant la Révolution islamique de 1979.

Washington avait aussi libéré sept détenus iraniens par mesure de « clémence ».

En 1980, les États-Unis et l'Iran avaient rompu leurs relations diplomatiques qui n'ont jamais été rétablies depuis, le pouvoir iranien considérant toujours Washington comme son « ennemi » principal en dépit d'un accord international sur le programme nucléaire de l'Iran conclu en juillet 2015.

Le Libanais Nezar Zaka avait été arrêté à Téhéran fin 2015. La télévision d'État avait affirmé qu'il avait des « liens profonds avec la communauté militaire et du renseignement des États-Unis ».

Selon le quotidien conservateur Kayhan, Alireza Omidvar était quant à lui un ancien « associé » de Siamak Namazi.

Washington exige la libération de ses ressortissants

Les États-Unis ont exigé mardi de Téhéran la « libération immédiate » de l'homme d'affaires irano-américain Siamak Namazi et de son père Mohammad Bagher Namazi, condamnés avec quatre autres personnes à dix ans de prison en Iran pour « espionnage » au profit de Washington.

« Profondément préoccupés par les informations sur la condamnation à dix ans de prison des ressortissants américains Siamak Namazi et (Mohammad) Bagher Namazi (...) nous nous joignions aux appels d'organisations internationales (...) pour la libération immédiate de tous les ressortissants américains injustement détenus en Iran, notamment Siamak et Bagher Namazi », a protesté le département d'État dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer