Israël se prépare à saisir des terres pour relocaliser une colonie sauvage

Un Palestinien contemple les débris de son bâtiment... (PHOTO JAAFAR ASHTIYEH, AFP)

Agrandir

Un Palestinien contemple les débris de son bâtiment détruit par les autorités israéliennes en Cisjordanie, le 9 août dernier.

PHOTO JAAFAR ASHTIYEH, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Israël prépare une possible saisie de terres en Cisjordanie, territoire palestinien occupé, pour relocaliser les habitants d'une colonie sauvage et rendre légale cette nouvelle implantation aux yeux de la loi israélienne, a indiqué vendredi l'ONG la Paix maintenant.

Le département d'État américain a vivement réagi à l'éventualité qu'Israël confisque ces terres pour relocaliser la colonie d'Amona. Un tel acte serait «sans précédent», a-t-il dit.

Amona est une colonie sauvage, c'est-à-dire illégale non seulement selon la loi internationale mais aussi israélienne. Située dans le centre de la Cisjordanie non loin de Ramallah et abritant environ 200 personnes, elle confronte les autorités israéliennes à un casse-tête.

La Cour suprême a ordonné fin 2014 l'évacuation, d'ici à fin 2016, de cette colonie construite dans les années 90 sans autorisation sur des terres privées palestiniennes. Mais les habitants refusent leur évacuation et sont soutenus par une partie de la droite israélienne.

Les autorités israéliennes ont publié jeudi dans la presse palestinienne une annonce accompagnée d'une carte de différents terrains présumés tout proches d'Amona et, semble-t-il, abandonnés, a indiqué l'ONG anticolonisation israélienne la Paix maintenant.

L'annonce appelle ceux qui revendiquent la propriété de ces terrains à se manifester sous 30 jours, faute de quoi l'État israélien les saisira et en deviendra propriétaire en vertu de textes relatifs aux biens des absents.

Pour la Paix maintenant, il ne fait pas de doute que ces terres serviraient à relocaliser Amona et créer une nouvelle colonie.

Le gouvernement israélien franchirait une «ligne rouge», a dit l'ONG dans un communiqué. Il «se met à présent à voler des terres privées en guise de compensation à un petit groupe de colons qui avaient eux-mêmes volé des terres privées palestiniennes», a-t-elle dit.

Le département d'État américain s'est dit «profondément inquiet» devant ces informations. «Ceci constituerait un acte préoccupant et sans précédent», a dit la porte-parole Elizabeth Trudeau.

«C'est la poursuite d'un processus qui a vu la légalisation, au cours des dernières années, de 32 colonies qui étaient illégales au regard de la loi israélienne», a-t-elle dit à la presse. Ce processus fait partie d'un «certain nombre de tendances» qui «menacent la solution à deux États», a-t-elle dit.

La communauté internationale considère la colonisation comme un obstacle majeur à la paix entre Israéliens et Palestiniens et à l'établissement d'un État auquel ces derniers aspirent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer