Afghanistan: forte poussée talibane dans le Helmand

Un soldat afghan.... (Photo Rahmat Gul, archives Associated Press)

Agrandir

Un soldat afghan.

Photo Rahmat Gul, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kaboul

Les talibans qui ont lancé depuis une dizaine de jours une forte offensive dans le sud de l'Afghanistan se rapprochaient mardi de la capitale du Helmand (sud), province productrice de pavot dont ils contrôlent déjà de larges zones.

«La situation est vraiment sérieuse dans le Helmand, des combats sont en cours dans plusieurs districts» a reconnu mardi matin devant la presse le général Mohammad Habib Hesari, qui commande les opérations de l'armée afghane sur le terrain.

L'armée afghane est soutenue par des frappes aériennes régulières des forces américaines présentes en Afghanistan, dont «la dernière a été conduite pas plus tard qu'hier soir», a assuré un porte-parole militaire américain mardi, confirmant l'intensité des combats en cours.

L'inquiétude est particulièrement vive, car les combats se rapprochent de la capitale provinciale Lashkargah, qui abrite près de 200 000 habitants.

Selon Haji Qayum, un habitant joint par l'AFP, «les talibans contrôlent toutes les routes menant à Lashkargah. Les barrages de la police tombent les uns après les autres et tout le monde redoute que la capitale tombe à son tour entre les mains des talibans».

Lundi, les insurgés islamistes se trouvaient à 6 km du centre-ville, et selon un responsable local s'exprimant sous couvert de l'anonymat, «la situation peut échapper à tout contrôle à tout moment».

«Les bombardements sont particulièrement intenses ce matin,» a confirmé à l'AFP Médecins Sans Frontières (MSF) qui gère sur place un hôpital de 300 lits, le seul de la province.

Selon MSF, les populations des districts alentour ont essayé ces derniers jours de rallier la capitale provinciale pour se mettre à l'abri.

Pour l'ancien gouverneur du Helmand, Abdul Jabbar Qahraman interrogé par la chaîne de télévision Tolo, «le pouvoir des talibans a été sous-estimé» alors qu'ils «sont mieux équipés qu'avant».

La brève conquête en septembre 2015 d'une autre capitale provinciale, Kunduz, noeud stratégique dans le nord afghan, avait constitué la plus spectaculaire avancée des talibans depuis la chute de leur régime 14 ans auparavant.

Au Helmand, le gouvernement central n'a jamais pu asseoir son autorité sur la totalité de la province, dont les talibans occupent de nombreuses poches et contrôlent notamment les champs de pavot, qui représentent près de 80% de la production d'Afghanistan.

Le pays est le premier producteur mondial et fournit à lui seul 85% de l'opium mis sur le marché mondial selon l'ONU.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer