L'Arabie saoudite ravive une fatwa contre les Pokemon

Selon le mufti du royaume, la conception des personnages... (PHOTO AFP)

Agrandir

Selon le mufti du royaume, la conception des personnages Pokemon est fondée sur la théorie de l'évolution, rejetée par l'islam.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Riyad

L'organe religieux le plus important d'Arabie saoudite a de nouveau publié une fatwa datant de 2001 interdisant les jeux Pokemon, sans préciser si la décision était liée au Pokemon Go, jeu de réalité augmentée qui fait un tabac dans le monde depuis début juillet.

Pokemon Go n'est pas encore officiellement disponible dans ce pays ultraconservateur du Golfe mais il a été de nombreuses fois téléchargé illégalement.

Pokemon Go repose sur la réalité augmentée, technologie qui enrichit d'éléments virtuels le monde réel capté par l'appareil photo des smartphones.

Le nez collé sur leur téléphone, des «chasseurs» tentent de mettre le grappin sur les petits personnages fictifs qui envahissent le monde réel: dans des parcs, stations de métro, cafés, terrains vagues...

En Arabie saoudite, le Comité permanent des recherches et des fatwas a annoncé sur son site internet avoir de nouveau publié un décret sur les jeux Pokemon après avoir «reçu de nombreuses questions» du public à son propos.

La fatwa recommandant l'interdiction des jeux Pokemon avait été prononcée en 2001 par le mufti du royaume qui l'avait notamment assimilé à un jeu d'argent, prohibé par l'islam.

Les jeux d'aventure pour enfants Pokemon avaient été vendus à des dizaines de millions d'exemplaires depuis leur lancement en 1996 au Japon.

Le mufti, plus haute autorité religieuse d'Arabie saoudite, soutenait en outre que la conception des personnages du jeu était fondée sur la théorie darwinienne de l'évolution des espèces par la sélection naturelle, rejetée par l'islam.

Selon lui, la plupart des cartes du jeu «comportent des étoiles à six branches, symbole du sionisme international et de l'État d'Israël», ainsi que «des croix sous différentes formes».

Jeu gratuit, Pokemon Go utilise la géolocalisation pour permettre à ses utilisateurs d'attraper des Pokemon, petites créatures aux formes et aux pouvoirs magiques popularisées par Nintendo à la fin des années 1990.

Il a déjà été mis en cause pour une vague de délits, infractions au code de la route et plaintes dans plusieurs villes à travers le monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer