La Montréalaise d'origine iranienne Homa Hoodfar accusée en Iran

Homa Hoodfar... (Photo Amanda Ghahremani, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Homa Hoodfar

Photo Amanda Ghahremani, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sidhartha Banerjee
La Presse Canadienne

La famille de la Montréalaise Homa Hoodfar, détenue en Iran, ignorerait toujours la nature des accusations qui pèsent contre elle.

Les agences de presse officieuses du pays, ISNA et Tasnim, rapportent que des accusations ont été déposées à son endroit, mais que leur nature demeure inconnue.

Elles ont cité une déclaration du procureur de l'Iran, Abbas Jafari Dowlatabadi, selon laquelle trois Iraniens possédant une double nationalité et un étranger font face à de telles accusations.

Les quatre accusés, qui ont des liens avec le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni, seraient détenus par l'organisation paramilitaire les Gardiens de la Révolution.

Le motif des arrestations, qui ont été effectuées séparément, reste à préciser. Les familles des détenus soutiennent qu'ils n'ont rien à se reprocher.

Cependant, l'un de leurs proches affirme que les Gardiens de la Révolution souhaiteraient « parvenir à une entente » avec le gouvernement britannique avant de relâcher son épouse.

En ce qui concerne les proches de Mme Hoodfar, sa nièce Amanda Ghahremani a signifié par courriel qu'ils ne feraient aucun commentaire avant d'obtenir plus de renseignements. Ni sa famille ni son avocat n'ont été informés de la nature des accusations.

Née en Iran, Homa Hoodfar est établie à Montréal depuis 30 ans, où elle a enseigné à l'Université Concordia.

L'anthropologue de 65 ans a mené des recherches sur les femmes musulmanes dans diverses régions du monde.

D'après sa famille, elle s'était rendue en Iran au début du mois de février pour visiter des proches et mener des recherches archivistiques à la bibliothèque parlementaire de Téhéran.

La professeure à la retraite avait été arrêtée une première fois en mars, peu avant de quitter l'Iran, et s'était vu interdire de sortir du pays. Elle a été arrêtée à nouveau le 6 juin et incarcérée à la prison d'Evin, à Téhéran.

Selon les renseignements diffusés par ses proches en juin, elle faisait l'objet d'une enquête pour des activités à caractère féministe et d'autres activités qui auraient compromis la sécurité du pays.

Le gouvernement fédéral dit être « activement engagé » dans le cas de Homa Hoodfar. Affaires mondiales Canada serait en contact avec sa famille et travaillerait « en étroite collaboration » avec ses alliés pour sa remise en liberté.

Le ministère a déclaré par écrit que ses agents consulaires cherchaient à confirmer la validité des informations qui circulent dans les médias quant à un dépôt d'accusations.

Aucun détail n'a cependant été fourni quant aux démarches entamées par Ottawa, qui évoque des raisons de confidentialité.

Du côté d'Amnistie internationale Canada, les accusations portées contre Mme Hoodfar nourrissent les inquiétudes.

« Nous avons toujours dit qu'elle est une prisonnière d'opinion et ça veut dire qu'elle doit être libérée immédiatement et sans condition », a déclaré son secrétaire général, Alex Neve.

Les trois autres accusés sont l'Irano-Américain Siamak Namazi, l'Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe et l'Américain d'origine libanaise Nizar Zakka.

L'Iran ne reconnaît pas les doubles nationalités. De tels détenus sont normalement traînés devant la Cour révolutionnaire d'Iran, un tribunal à huis clos qui entend les causes impliquant des tentatives de renversement du gouvernement.

Bien que les autorités iraniennes n'en aient pas officiellement fait la demande, plusieurs analystes estiment qu'elles souhaitent réaliser un échange de prisonniers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer