Guerre au Yémen: l'ONU épingle la coalition arabe pour les morts d'enfants

Sur les 762 cas de recrutements d'enfants-soldats recensés... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Sur les 762 cas de recrutements d'enfants-soldats recensés par l'ONU, le rapport en attribue 72% aux Houthis, 15% aux forces progouvernementales et 9% à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a placé jeudi la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite sur sa liste noire des pays violant les droits des enfants, l'accusant de la mort de centaines de mineurs au Yémen.

Les rebelles chiites Houthis, qui contrôlent la capitale yéménite Sanaa, sont également épinglés dans le rapport annuel de l'ONU qui détaille le sort des enfants victimes de conflits armés en 2015 dans 14 pays.

«Dans plusieurs situations de conflit, des opérations aériennes ont contribué à créer un environnement complexe où de nombreux enfants ont été tués et blessés», a déploré Leila Zerrougui, la représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés de l'ONU.

«La situation au Yémen s'est montrée particulièrement préoccupante avec une multiplication par cinq du nombre d'enfants recrutés (pour participer aux combats) et six fois plus d'enfants tués et blessés par rapport à 2014», souligne le bureau de la représentante dans un communiqué.

La coalition menée par l'Arabie saoudite pour lutter contre les rebelles Houthis est responsable à 60% du bilan de 785 enfants tués et de 1168 mineurs blessés l'an dernier au Yémen, selon le rapport.

Sur les 762 cas de recrutements d'enfants-soldats recensés par l'ONU, le rapport en attribue 72% aux Houthis, 15% aux forces progouvernementales et 9% à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

Pilotée par Riyad, la coalition arabe a lancé fin mars 2015 une campagne militaire contre les rebelles Houthis, accusés de liens avec l'Iran, pour stopper leur avancée dans le sud du Yémen. Ces derniers, alliés aux partisans de l'ex-président déchu Ali Abdallah Saleh, ont pris le contrôle de larges territoires du pays.

L'ONU met régulièrement en garde contre la «catastrophe humanitaire» dans ce pays pauvre de la Péninsule arabique où plus de 6.400 personnes ont été tuées depuis mars 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer