Les djihadistes d'Al-Qaïda chassés d'une grande ville du Yémen

Moukalla, chef-lieu de la province du Hadramout, était... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Moukalla, chef-lieu de la province du Hadramout, était aux mains d'Al-Qaïda depuis avril 2015.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Aden

Les forces gouvernementales yéménites, appuyées par l'aviation et des soldats d'une coalition arabe, ont chassé les djihadistes d'Al-Qaïda d'une capitale provinciale du Yémen après leur avoir infligé de lourdes pertes, a annoncé lundi cette coalition.

À la faveur d'une offensive lancée samedi contre le réseau extrémiste dans la province du Hadramout, les troupes gouvernementales ont reconquis dimanche la ville portuaire de Moukalla, a précisé la coalition composée de forces spéciales émiraties et saoudiennes.

«L'opération s'est soldée, dans ses premières heures, par la mort de plus de 800 membres d'Al-Qaïda et de certains de leurs dirigeants, et par la fuite d'autres» djihadistes, a-t-elle ajouté.

Ce bilan n'a pu être confirmé de source indépendante et aucune précision n'a été donnée quant à d'éventuelles victimes civiles ou dans les rangs militaires.

Il n'a pas non plus été possible de savoir si les États-Unis, qui mènent régulièrement des frappes aériennes contre Al-Qaïda au Yémen, avaient contribué à ces opérations.

Dans la province voisine de Chabwa, un drone américain a visé lundi deux véhicules de membres présumés d'Al-Qaïda près d'Azzane, tuant neuf d'entre eux, selon un responsable local.

«L'offensive (à Moukalla) est survenue après une visite» du président Barack Obama en Arabie saoudite et l'ouverture de pourparlers de paix interyéménites, qui ont contribué à un changement de «priorités stratégiques» avec un accent mis désormais sur la lutte contre Al-Qaïda, a estimé l'institut d'analyses Soufan Group.

L'offensive visait à permettre au gouvernement yéménite de «reprendre le contrôle des villes tombées aux mains d'Al-Qaïda, notamment Moukalla, considérée comme un bastion du groupe», a déclaré le commandement de la coalition arabe.

L'armée a établi lundi des barrages dans le centre de Moukalla, selon des sources de sécurité.

«Aucune résistance»

Moukalla, chef-lieu de la province du Hadramout, était aux mains d'Al-Qaïda depuis avril 2015.

«Nous sommes entrés dans le centre et nous n'avons rencontré aucune résistance de la part des djihadistes qui se sont repliés à l'ouest», en direction du désert dans les provinces du Hadramout et de Chabwa, a précisé un responsable militaire yéménite.

L'Arabie saoudite et les Emirats sont les deux piliers de la coalition arabe qui est intervenue militairement au Yémen en mars 2015 en soutien au gouvernement dans sa guerre contre les rebelles chiites Houthis, soupçonnés de liens avec l'Iran.

Cette guerre dans un des pays les plus pauvres de la péninsule arabique a fait 6400 morts et plus de 30 000 blessés depuis mars 2015.

Profitant du chaos créé par cette guerre, Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa), implanté au Yémen depuis plusieurs années, avait élargi son influence à plusieurs régions dans le sud et le sud-est.

Outre la prise de Moukalla, ville de 200 000 habitants, les forces yéménites ont repris l'aéroport d'Al-Ryane et un camp militaire d'Al-Qaïda dans les environs de Moukalla, ainsi que la localité de Chehr et le terminal pétrolier de Mina al-Dhaba, plus à l'est, selon des sources militaires.

Les combattants d'Aqpa avaient attaqué Moukalla le 2 avril 2015 et pris le contrôle des principaux quartiers. Ils avaient ensuite imposé de nombreuses restrictions à la population et détruit des mausolées et des tombes anciennes de saints musulmans locaux. 

Mission difficile 

Le groupe djihadiste rival État islamique (EI) a lui aussi mis à profit la guerre pour s'infiltrer dans le pays où il a revendiqué plusieurs attentats meurtriers.

La dernière percée des forces gouvernementales fait suite à des actions similaires que les troupes loyalistes, soutenues par l'aviation de la coalition, ont mené avec succès récemment contre Al-Qaïda dans des quartiers d'Aden, deuxième ville du Yémen, et dans la province voisine de Lahj.

Mais la mission de neutraliser les djihadistes d'Aqpa s'annonce difficile.

Dimanche, sept soldats ont été tués et 14 blessés dans un attentat à la voiture piégée à l'entrée de Zinjibar, capitale d'Abyane (sud), un autre fief du réseau djihadiste, obligeant les proHadi à se retirer de la ville où ils avaient pénétré samedi soir, selon un officier.

À l'occasion d'un sommet entre Barack Obama et les dirigeants du Golfe la semaine dernière à Ryad, les États-Unis avaient estimé qu'un règlement du conflit entre pouvoir et rebelles au Yémen permettrait de se «concentrer sur des menaces comme Aqpa» et l'EI.

L'offensive à Moukalla «fait partie des efforts internationaux pour vaincre les groupes terroristes au Yémen», que les pays de la coalition «continueront à traquer» pour «rétablir la sécurité», a souligné le communiqué de la coalition arabe.

Ces opérations antidjihadistes interviennent alors que des représentants des rebelles et du gouvernement tiennent depuis jeudi des pourparlers à Koweït. Le médiateur de l'ONU Ismaïl Ould Cheikh Ahmed qui chapeaute ces négociations a salué lundi «une réelle amélioration de la situation qui reflète l'engagement des deux parties pour une cessation des hostilités».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer