Les talibans frappent à Kaboul: 30 morts et plus de 300 blessés

Selon le chef de la police de la... (Photo Rahmat Gul, AP)

Agrandir

Selon le chef de la police de la capitale afghane, Abdul Rahman Rahimi, « un assaillant a garé un camion de chantier bourré d'explosifs sur le stationnement attenant au bâtiment » et l'a fait exploser.

Photo Rahmat Gul, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Usman SHARIFI
Agence France-Presse
KABOUL

Au moins 30 personnes, des civils pour la plupart, ont péri et des centaines de personnes ont été blessées mardi dans le pire attentat perpétré par les talibans cette année à Kaboul, une semaine après le début de l'«offensive de printemps» des insurgés.

Au moins 30 personnes, des civils pour la... (PHOTO MASSOUD HOSSAINI, AP) - image 1.0

Agrandir

PHOTO MASSOUD HOSSAINI, AP

L'attentat-suicide au camion piégé, qui visait un bâtiment gouvernemental, s'est produit en pleine heure de pointe matinale, à l'heure où les employés se rendaient au travail. Des journalistes de l'AFP ont senti les maisons vibrer, des vitres ont volé en éclats et une colonne de fumée s'est élevée dans le ciel. Des sirènes de police et d'ambulances ont retenti dans toute la ville, plusieurs heures après l'attentat.

Selon le chef de la police de la capitale afghane, Abdul Rahman Rahimi, «un assaillant a garé un camion de chantier bourré d'explosifs dans le stationnement attenant au bâtiment» et l'a fait exploser.

L'explosion a tué «30 personnes, des civils pour la plupart, et en a blessé plus de 320 autres», a indiqué Sediq Sediqqi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur. D'après lui, un second assaillant a ensuite réussi à «pénétrer dans le complexe», provoquant une intense fusillade avec les forces de l'ordre qui l'ont ensuite abattu.

«J'ai vu des blessés allongés sur la route, ils hurlaient», a raconté à l'AFP Sadiqullah, un témoin. «Nous en avons assez de ces attaques!».

Une large colonne de fumée s'élève au-dessus de... (PHOTO RAHMAT GUL, AP) - image 2.0

Agrandir

Une large colonne de fumée s'élève au-dessus de Kaboul après l'attaque-suicide. 

PHOTO RAHMAT GUL, AP

Un soldat afghan brandit son arme sur les... (PHOTO SHAH MARAI, AFP) - image 2.1

Agrandir

Un soldat afghan brandit son arme sur les lieux de l'attentat au camion piégé.

PHOTO SHAH MARAI, AFP

Le président afghan Ashraf Ghani a condamné «dans les termes les plus forts cette attaque terroriste,» qui est d'ores et déjà la plus sanglante dans la capitale afghane depuis le début de l'année.

«Utiliser des explosifs dans des zones habitées, tout en sachant parfaitement qu'ils risquent de causer d'énormes souffrances aux civils, peut constituer un crime de guerre», a réagi la mission de l'ONU en Afghanistan.

Les talibans, qui ont aussitôt revendiqué l'attaque, mènent régulièrement des attentats-suicides contre les forces afghanes dans l'insurrection qu'ils mènent depuis la chute de leur régime fin 2001.

L'attentat visait un bâtiment appartenant au gouvernement afghan que le NDS, les services de renseignement, dit avoir occupé par le passé. De même source, le complexe serait aujourd'hui utilisé par la présidence.

Au moins 327 personnes ont été blessées dans... (PHOTO RAHMAT GUL, AP) - image 3.0

Agrandir

Au moins 327 personnes ont été blessées dans l'assaut des talibans.

PHOTO RAHMAT GUL, AP

Des membres des forces de sécurité afghanes viennent... (PHOTO MASSOUD HOSSAINI, AP) - image 3.1

Agrandir

Des membres des forces de sécurité afghanes viennent en aide à un homme blessé durant l'attaque. 

PHOTO MASSOUD HOSSAINI, AP

«Attaques de grande envergure»

Les talibans ont annoncé il y a une semaine le début de leur «offensive de printemps», «l'Opération Omari», en mémoire du mollah Omar, le défunt fondateur de leur mouvement. Ils disent vouloir mener des «attaques de grande envergure» dans tout le pays, notamment contre les 13 000 soldats de l'OTAN et les forces de sécurité afghanes.

Les insurgés ont ainsi lancé vendredi un assaut contre Kunduz, la grande ville du Nord, qu'ils étaient parvenus à envahir et à tenir pendant quelques jours à l'automne dernier. L'armée afghane, seule en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l'OTAN fin 2014, a toutefois réussi à repousser cette nouvelle offensive sur Kunduz.

Sans l'appui des troupes étrangères sur le terrain, les forces de sécurité ont toutes les peines du monde à contenir l'insurrection talibane, à laquelle s'ajoute depuis un peu plus d'un an la campagne des combattants du groupe État islamique, notamment dans l'Est afghan.

D'après l'OTAN, «environ 5500» soldats et policiers sont morts au front l'an dernier, mais les civils payent un lourd tribut aux violences. L'année 2015 a été la plus sanglante pour la population civile depuis que l'ONU a commencé en 2009 à compter le nombre d'Afghans tués ou blessés dans le conflit, avec 11 002 victimes civiles, dont 3545 morts, l'an dernier.

Pour tenter de mettre fin au conflit, le gouvernement afghan tente de relancer les pourparlers de paix amorcés à l'été dernier, en suspens depuis l'annonce de la mort du mollah Omar.

Afghans, Pakistanais, Chinois et Américains cherchent à ramener les insurgés à la table des négociations depuis janvier, en vain. Ces derniers posent notamment le départ des troupes étrangères comme préalable à toute reprise du dialogue.



Kaboul visée par de multiples attentats

6 au 10 août 2015: Kaboul est frappée par une série de quatre attentats, dont trois revendiqués par les talibans, faisant près de 60 morts. C'est le bilan le plus lourd dans la capitale depuis la fin de la mission de combat de l'OTAN en décembre 2014, mais également la première vague de violences d'envergure à Kaboul depuis la nomination du mollah Mansour à la tête des talibans, en remplacement du mollah Omar, dont la mort a été annoncée fin juillet.

22 août: au moins 12 personnes, dont trois Américains employés de l'OTAN, sont tuées dans un attentat à Kaboul contre un convoi de «Soutien résolu», la mission de l'OTAN dans le pays. Les talibans démentent être derrière cette attaque.

11 déc: une voiture piégée explose à proximité de l'ambassade d'Espagne. Quatre policiers afghans et deux Espagnols sont tués dans l'attaque longue de plusieurs heures, revendiquée par les talibans.

1er janvier 2016: un attentat-suicide vise un restaurant de cuisine française, «Le Jardin», au centre de Kaboul, tuant un garde de l'établissement et un enfant de 12 ans. L'attaque contre cette adresse prisée des étrangers est revendiquée par les talibans.

20 janvier: un kamikaze précipite sa voiture piégée contre un minibus de la chaîne de télévision afghane Tolo, tuant sept employés dans le centre de Kaboul. L'attaque, premier attentat d'envergure contre un média afghan, est revendiquée par les talibans.

1er fév: 20 policiers sont tués et 29 personnes blessées dans un attentat-suicide contre une base de la police afghane à Kaboul, à cinq jours d'une nouvelle réunion destinée à raviver les négociations entre gouvernement afghan et insurgés.

27 fév: Un kamikaze taliban se fait exploser face au ministère de la Défense, faisant 12 morts et 8 blessés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer