Israël: pour l'ex-chef du Mossad Meir Dagan, Nétanyahou est le «pire dirigeant»

Meir Dagan (à gauche) et Benyamin Nétanyahou à... (PHOTO RONEN ZVULUN, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Meir Dagan (à gauche) et Benyamin Nétanyahou à Jérusalem en janvier 2011.

PHOTO RONEN ZVULUN, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Meir Dagan, ancien maître-espion israélien, se livre dans un entretien posthume publié lundi à une charge virulente contre le premier ministre Benyamin Nétanyahou, plus préoccupé selon lui par son intérêt personnel que l'intérêt national.

Le quotidien Yedioth Ahronoth a publié des extraits d'entretiens inédits réalisés, avant son décès le 17 mars, avec Meir Dagan, ancien chef du Mossad, l'agence d'espionnage et d'opérations spéciales, et cerveau de la guerre secrète contre le nucléaire iranien.

«J'ai connu beaucoup de premiers ministres. Aucun n'était un saint. Mais ils avaient un point commun: quand leur intérêt personnel contredisait l'intérêt national, l'intérêt national primait. Je ne peux pas en dire autant pour deux d'entre eux: Bibi et (Ehud) Barak», a dit Meir Dagan, appelant M. Nétanyahou par son surnom de Bibi.

Meir Dagan a dirigé le Mossad de 2002 à 2010, sous Ariel Sharon, Ehud Olmert et M. Nétanyahou, et côtoyé les plus hauts dirigeants israéliens dans ses différentes capacités. Il s'était montré très critique de M. Nétanyahou de son vivant.

«Bibi est le pire dirigeant que je connaisse», a-t-il dit au Yedioth Ahronoth, journal lui-même peu favorable au premier ministre, «il a tendance comme Ehud Barak à se considérer comme le plus grand génie au monde, sauf que personne ne comprend ce qu'ils veulent vraiment».

Il est revenu sur son opposition à une attaque contre les installations nucléaires iraniennes, envisagée en 2010 par M. Nétanyahou et Ehud Barak, alors son ministre de la Défense.

«L'hypothèse de travail selon laquelle il serait possible de paralyser totalement le programme nucléaire iranien par une attaque militaire est incorrecte. Une telle capacité militaire n'existe pas. On peut seulement le retarder pour une période limitée», a dit M. Dagan.

Selon les médias israéliens, le premier ministre Ariel Sharon avait confié pour mission à Meir Dagan de saboter par tous les moyens le programme iranien pour empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique.

Sous la conduite de M. Dagan, le Mossad aurait éliminé des savants atomistes iraniens, provoqué des explosions dans des installations nucléaires et infiltré des vers informatiques comme le Stuxnet qui auraient causé de gros dégâts aux centrifugeuses enrichissant l'uranium, selon la presse israélienne.

Le Mossad n'a jamais confirmé ces opérations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer