L'Irak renforce la sécurité après un attentat de l'EI ayant fait 61 morts

Des résidants de la zone où il y... (Photo Alaa Al-Marjani, Reuters)

Agrandir

Des résidants de la zone où il y a eu l'attentat transportent le corps de victimes.

Photo Alaa Al-Marjani, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Hilla

Les autorités irakiennes ont renforcé lundi la sécurité dans la région de Bagdad au lendemain d'un attentat suicide du groupe Etat islamique (EI) qui a fait 61 morts, ont indiqué des sources sécuritaires et médicales.

Des mesures ont notamment été prises pour mieux protéger les checkpoints autour de la capitale, car «ces terroristes tentent souvent de frapper à plusieurs reprises à la suite», a indiqué un colonel de la police.

Au moins 61 personnes sont mortes dimanche dans l'attaque la plus meurtrière depuis le début de l'année en Irak. Menée à l'aide d'un camion piégé, elle a été perpétrée à un checkpoint à l'entrée nord de la ville de Hilla, à 80 km au sud de Bagdad.

«Quatre femmes et sept enfants figurent parmi les morts», a indiqué un médecin des services de santé de la province de Babylone, en précisant que le nombre de blessés s'élevait à 60.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, l'EI a revendiqué l'attaque, affirmant avoir visé des musulmans chiites que l'organisation extrémiste sunnite considère comme des hérétiques.

11 personnes ont été arrêtées à Jbala, une ville située à 35 km au nord-est de Hilla, dans le cadre de l'enquête sur cet attentat, selon un officier de police.

Le nombre d'attaques suicide a baissé ces derniers mois depuis que l'EI, responsable de la quasi-totalité d'entre elles, n'a plus de bases fixes au sud de Bagdad. Le groupe jihadiste, qui s'était emparé en 2014 de vastes pans du territoire au nord et à l'ouest de Bagdad, a subi plusieurs revers militaires face aux forces de sécurité irakiennes, soutenues par les frappes de la coalition internationale emmenée par les États-Unis.

Selon des experts, les combattants de l'EI auront de plus en plus recours aux attentats suicide tant que leur «califat» autoproclamé continuera de perdre du terrain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer