Les Palestiniens veulent leur premier hôpital d'oncologie

Le président Mahmoud Abbas a, à titre personnel,... (PHOTO FETHI BELAID, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le président Mahmoud Abbas a, à titre personnel, mis à disposition un terrain de près d'un hectare en Cisjordanie occupée et le gouvernement a annoncé débloquer quatre millions de dollars pour soutenir cette fondation à but non lucratif dédiée au traitement du cancer et à la transplantation de moelle.

PHOTO FETHI BELAID, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
RAMALLAH, Cisjordanie

Les Palestiniens ont lancé dimanche une souscription publique pour bâtir le premier hôpital d'oncologie des Territoires occupés et prendre en charge les milliers de malades du cancer jusqu'ici obligés de se faire soigner en Israël ou ailleurs.

L'Autorité palestinienne, en grave crise financière et incapable d'assumer un coût estimé à entre 250 et 300 millions de dollars, a décidé d'en appeler à la générosité des Palestiniens à travers le monde, ont expliqué lors d'une conférence de presse à Ramallah les organisateurs de cette campagne.

Le président Mahmoud Abbas a, à titre personnel, mis à disposition un terrain de près d'un hectare en Cisjordanie occupée et le gouvernement a annoncé débloquer quatre millions de dollars pour soutenir cette fondation à but non lucratif dédiée au traitement du cancer et à la transplantation de moelle.

Le centre devrait ouvrir d'ici deux ou trois ans, selon les organisateurs.

Les Palestiniens - le gouvernement pour les indigents et les familles pour les plus aisés - déboursent chaque année 150 millions de dollars pour faire prendre en charge les malades dans des hôpitaux israéliens, jordaniens et égyptiens, 100 millions allant à des établissements israéliens.

Ces dépenses, a indiqué le ministre de la Santé Jawad Awad, représentent «environ 80 % du budget du ministère».

Chaque année, 4000 cas de cancers sont dépistés parmi les 4,5 millions de Palestiniens, selon M. Awad, dont 6 % chez les moins de 15 ans. Une étude récente a noté une légère prévalence dans la bande de Gaza, avec 83 cas pour 100 000 habitants, contre 77 en Cisjordanie occupée.

Des hommes d'affaires palestiniens ont déjà fait des promesses de dons et des médecins palestiniens exerçant dans des pays arabes ou des praticiens arabes israéliens exerçant en Israël se sont dits prêts à apporter leurs compétences au futur hôpital, a dit Tayeb Abderrahim, secrétaire général de la présidence palestinienne et chef du comité chargé de la collecte de fonds.

L'ONU et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) tirent régulièrement la sonnette d'alarme sur la situation du système de santé dans les Territoires palestiniens, particulièrement dans la bande de Gaza, où les infrastructures sont endommagées ou souffrent de la pénurie chronique d'électricité.

Selon l'ONU, la mortalité infantile a même augmenté à Gaza, pour la première fois en 50 ans, passant de 20,2 enfants morts avant d'atteindre un an pour 1000 naissances en 2008 à 22,4 pour 1000 en 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer