Les talibans diffusent un message audio niant la mort de leur chef

Sur les rares clichés où figure le mollah... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Sur les rares clichés où figure le mollah Mansour, on voit un homme à la barbe noire fournie et le crâne surmonté d'un turban.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les talibans ont diffusé samedi un message audio présenté comme émanant de leur chef Akhtar Mansour, démentant les affirmations d'un porte-parole gouvernemental afghan selon lesquelles il avait été tué dans un conflit entre factions islamistes.

«Les rumeurs selon lesquelles j'ai été blessé ou tué à Kuchlak (près de Quetta, au Pakistan) sont fausses», déclare une voix masculine dans un fichier audio de plus de 16 minutes envoyé par messagerie électronique aux médias par un porte-parole des talibans.

L'authenticité de la voix sur la bande n'a pas pu être vérifiée de source indépendante. Plusieurs commandants talibans ont affirmé à l'AFP qu'elle semblait être celle du mollah Mansour.

Des hauts responsables des services de renseignements afghans et plusieurs sources talibanes ont affirmé que le mollah Mansour avait été grièvement blessé mardi dans une fusillade lors d'une réunion de responsables de l'insurrection.

Vendredi, un porte-parole du gouvernement afghan était allé plus loin, assurant que Mansour n'avait pas survécu aux tirs.

La voix dans l'enregistrement dénonce des «rumeurs» visant à semer la division dans les rangs talibans, partagés sur la nomination du mollah Mansour l'été dernier.

«Cet incident n'a jamais eu lieu. C'est de la propagande ennemie (...) je ne me suis pas rendu à Kuchlak depuis des années», poursuit au micro l'homme d'une voix calme.

«Le chef des talibans, le mollah Akhtar Mansour, est décédé de ses blessures», avait assuré vendredi sur Twitter Sultan Faizi, porte-parole du premier vice-président afghan, sans donner de sources ni de preuves.

Des informations «totalement infondées» pour le porte-parole des insurgés, Zabihullah Mujahid, qui avait déclaré à l'AFP que le mollah Mansour était vivant et en bonne santé.

Les dénégations de la rébellion islamiste à propos de cette fusillade ont été accueillies avec scepticisme.

Le mouvement avait gardé secret pendant plus de deux ans la mort de son leader historique, le mollah Omar. Son décès, qui remontait à 2013, n'a été officialisé que le 31 juillet 2015. Pendant ce temps, des messages pour la fête de l'Aïd attribués au mollah Omar avaient continué à être diffusés.

Le mollah Mansour a officiellement succédé au dirigeant charismatique des talibans, dont il était le numéro deux, juste après l'annonce du décès de ce dernier. Cette nomination, précipitée selon certains, a aussitôt été contestée par plusieurs mouvances de la rébellion, dont la famille du mollah Omar et des chefs militaires.

Début novembre, une faction dissidente s'était constituée formellement, en se choisissant un chef, le mollah Mohammed Rassoul, qui avait nié toute légitimité à son rival.

Partisane d'une ligne dure et proche de l'organisation État islamique, cette dissidence constitue également un défi majeur pour les pourparlers de paix, actuellement suspendus.

Les spéculations autour de la mort du mollah Mansour ont menacé d'anéantir les efforts pour la relance d'un dialogue entre Kaboul et les talibans, avec l'aide d'Islamabad.

Le mollah Mansour est perçu comme favorable à des discussions avec le gouvernement afghan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer