Cinq détenus de Guantanamo transférés aux ÉAU

La prison de Guantanamo, emblématique de l'après 11-Septembre,... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

La prison de Guantanamo, emblématique de l'après 11-Septembre, avait été ouverte en janvier 2002 pour accueillir les suspects de terrorisme.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis ont annoncé dimanche le transfert de cinq détenus de la prison de Guantanamo vers les Émirats arabes unis (ÉAU), dans le cadre du projet de fermeture de ce centre de détention controversé.

Cent sept personnes sont encore détenues dans la prison militaire située à Cuba, précise le Pentagone dans un communiqué, se disant «reconnaissant auprès du gouvernement des Émirats arabes unis pour sa volonté de soutenir les efforts des États-Unis destinés à fermer le centre de détention de la baie de Guantanamo».

Les cinq détenus transférés sont: Ali Ahmad Mohammed al-Razihi, Khalid Abd-al-Jabbar Mohammed Uthman al-Qadasi, Adil Said al-Hajj Ubayd al-Busays, Sulayman Awad Bin Uqayl al-Nahdi et Fahmi Salem Said al-Asani.

La prison de Guantanamo, emblématique de l'après 11-Septembre, avait été ouverte en janvier 2002 pour accueillir les suspects de terrorisme.

Plus de 700 personnes y étaient incarcérées à son apogée en 2003.

Parmi les détenus de Guantanamo, seuls 10 ont fait l'objet de condamnation par la justice militaire ou sont en attente d'un procès. Parmi eux figurent Khaled Cheikh Mohamed et quatre codétenus, soupçonnés d'avoir participé à l'organisation des attentats du 11-Septembre.

La prison et ses images de détenus enchaînés en combinaison orange ont un impact désastreux sur l'image des États-Unis dans le monde et le président Barack Obama avait fait de la fermeture de Guantanamo une promesse de campagne.

Il pourrait décider de concrétiser sa promesse avant la fin de son mandat en janvier 2017. Ce plan impliquerait de transférer une cinquantaine de détenus aux États-Unis. Les autres, considérés comme moins dangereux, seraient transférés à l'étranger.

De nombreux prisonniers ont déjà été rapatriés dans leur pays d'origine ou transférés dans un pays tiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer