Israël détruit les maisons de Palestiniens accusés d'attentats

Les forces israéliennes restreignent des Palestiniens manifestant dans... (PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS)

Agrandir

Les forces israéliennes restreignent des Palestiniens manifestant dans le quartier Jabel Mukaber de Jérusalem, le 13 novembre.

PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Imad SAADA
Agence France-Presse
NAPLOUSE

Israël a mis samedi à exécution sa menace de démolir les habitations de Palestiniens accusés d'avoir commis des attentats contre des Israéliens, une mesure controversée, au lendemain de la plus grave attaque anti-israélienne depuis un mois qui a coûté la vie à deux personnes.

À Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, les domiciles de trois Palestiniens accusés d'avoir tué par balle, sous les yeux de leurs quatre enfants, un couple de colons le 1er octobre, ont été détruits, a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué.

L'attaque de Naplouse avait marqué le début de la vague actuelle de violences entre Israéliens et Palestiniens qui a fait 81 morts côté palestinien - dont un Arabe israélien - et 12 côté israélien. Une majorité de Palestiniens sont morts en tentant ou en commettant des attaques, selon Israël.

Des sources de sécurité palestiniennes ont confirmé la destruction des domiciles de trois membres du mouvement islamiste Hamas à Naplouse, Yahya Haj Hamed, Kerem Razek, et Samir Kusa, arrêtés et emprisonnés par Israël peu après le meurtre des colons Naama et Eitam Henkins.

Les forces de sécurité israéliennes ont démoli aux premières heures de samedi, dans un cas un étage, et dans les deux autres cas deux étages de trois bâtiments, a constaté un correspondant de l'AFP.

À Silwad, au nord-est de Ramallah, la maison d'un Palestinien, Mouad Hamed, accusé d'avoir tué en juin un Israélien, Malachi Rosenfeld, circulant sur une route de Cisjordanie occupée a également été démolie, a ajouté l'armée.

La maison d'un seul étage a été détruite lors d'une explosion contrôlée qui a endommagé deux maisons voisines, a constaté un photographe de l'AFP.

Des heurts entre Palestiniens et soldats israéliens ont éclaté lors de la destruction des habitations et ont fait une dizaine de blessés légers, ont par ailleurs indiqué des sources médicales palestiniennes.

Ces destructions sont intervenues quelques heures après le meurtre de deux Israéliens, un fils et son père, âgés respectivement de 40 ans et 18 ans, qui circulaient en voiture sur une route au sud de Hébron, une ville de Cisjordanie occupée théâtre de nombreux heurts ces dernières semaines.

Une femme et un adolescent qui, selon les médias israéliens, se trouvaient à l'arrière de la voiture et étaient en route pour une réunion familiale, ont également été blessés dans l'attaque.

Polémique 

La Cour suprême israélienne avait donné jeudi son feu vert à la destruction de cinq maisons d'auteurs présumés d'attentats, après une polémique en Israël sur cette mesure, décriée par ses détracteurs comme relevant de la punition collective.

Face à la multiplication des attaques, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou avait promis d'accélérer les démolitions qu'il qualifie d'arme dissuasive efficace si elles interviennent rapidement après les faits.

La Cour suprême avait suspendu le 22 octobre la démolition prévue de plusieurs maisons de Palestiniens prévues le jour même, dont les cinq concernées par l'arrêt de jeudi, en raison des pétitions de huit organisations de défense des droits de l'Homme. Ces dernières estiment notamment que le souci de dissuasion ne justifie pas le « préjudice causé par la démolition de maisons [abritant] des familles entières ».

Les démolitions « sont immorales, c'est une punition collective qui va embraser la Cisjordanie », a estimé Dalia Kerstein, la directrice d'Hamoked, une de ces organisations de défense des droits de l'Homme israélienne.

Une cinquième maison, dans le camp de réfugiés de Qalandiya, dont la destruction avait été approuvée par la Cour suprême, n'a pas été détruite samedi. L'armée, interrogée par l'AFP, n'a pas donné d'explication.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer