Le chef du Hamas appelle à former une direction unie de «l'Intifada»

Le chef en exil du Hamal, Khaled Mechaal.... (PHOTO KARIM JAAFAR, ARCHIVES AFP/AL-WATAN DOHA)

Agrandir

Le chef en exil du Hamal, Khaled Mechaal.

PHOTO KARIM JAAFAR, ARCHIVES AFP/AL-WATAN DOHA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Gaza

Le chef du Hamas en exil, Khaled Mechaal, a appelé mercredi à former une direction regroupant tous les mouvements palestiniens pour mener l'«Intifada» contre Israël, nom que son mouvement donne à l'actuelle vague de violences.

S'adressant à des journalistes à Gaza par vidéoconférence depuis Doha, M. Mechaal a exhorté les Palestiniens à «former une direction opérationnelle de l'Intifada», insistant sur «la nécessité de se mettre d'accord sur une stratégie de lutte commune qui soit efficace et mette la pression sur l'occupant pour parvenir à nos objectifs».

«La responsabilité de cette direction est de dessiner une vision et des objectifs politiques nationaux précis pour l'Intifada et cela inclut la mise en échec du plan de l'occupant de diviser la mosquée Al-Aqsa», a-t-il poursuivi.

Les Palestiniens accusent Israël de chercher à prendre le contrôle de l'esplanade des Mosquées dans la Vieille ville de Jérusalem pour y imposer des horaires séparés pour juifs et musulmans ou une partition géographique du lieu.

Actuellement, le statu quo qui régit le lieu saint, le troisième de l'islam et le plus sacré du judaïsme, permet aux juifs de se rendre sur l'esplanade sans toutefois pouvoir y prier.

M. Mechaal a encore plaidé pour «la résistance sous toutes ses formes, armée ou non (...)», en soulignant que «l'Intifada»  vise à «affronter les colons et défendre les lieux saints musulmans».

Depuis 2007 et la prise du pouvoir à Gaza par le Hamas, l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas n'exerce réellement son pouvoir que sur une partie de la Cisjordanie occupée alors que les divergences restent profondes entre les deux parties.

«L'unité nationale est impérative pour que l'Intifada atteigne ses objectifs», a dit M. Mechaal.

Jusqu'ici, les groupes palestiniens semblent en retrait de la mobilisation à travers les Territoires occupés et des attaques, majoritairement à l'arme blanche, menées par des Palestiniens isolés contre des Israéliens. Ce mouvement est massivement mené par des jeunes désespérés et en colère après n'avoir connu qu'un processus de paix moribond et un horizon économique bouché.

Le nouveau cycle de violences dans les Territoires palestiniens et en Israël a fait depuis le début octobre 70 morts palestiniens et neuf morts israéliens et fait redouter une nouvelle intifada après les soulèvements palestiniens de 1987-1993 et 2000-2005.

La moitié des Palestiniens tués l'ont été en commettant ou tentant de commettre des attentats.

«Nous vivons une Intifada et elle doit se poursuivre jusqu'à la libération de Jérusalem et de la Cisjordanie», a dit M. Mechaal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer