Irak: un camp de l'opposition iranienne touché par des tirs de roquettes

Le camp Liberty est une ancienne base américaine... (Photo Thaier al-Sudani, Reuters)

Agrandir

Le camp Liberty est une ancienne base américaine qui accueille depuis 2011 des centaines de membres des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI).

Photo Thaier al-Sudani, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BAGDAD

Au moins quinze roquettes ont été tirées jeudi sur un camp abritant des membres de l'opposition iranienne en exil à Bagdad, en Irak, ont indiqué des sources au sein des services de sécurité.

« Au moins quinze roquettes ont été tirées autour et sur les limites du camp Liberty », a indiqué le commandement des opérations pour la région de Bagdad, ajoutant que la police avait retrouvé le camion d'où ont été tirés les projectiles.

Le commandement des opérations ainsi que le ministère de l'Intérieur ont précisé qu'il pourrait y avoir des victimes mais n'ont pas pu donner de chiffre.

Il s'agit de la pire attaque ayant visé le camp, a déclaré un porte-parole des Moudjahidine affirmant qu'il y avait des victimes, sans autre précision.

Le camp Liberty est une ancienne base américaine qui accueille depuis 2011 des centaines de membres des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI).

Un porte-parole du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) en France a indiqué jeudi vers 23 h 45 GMT dans un courriel que le bilan était à ce stade de 23 personnes tuées, toutes membres de l'OMPI.

Il a précisé que 80 roquettes avaient été tirées au total, faisant également 22 blessés graves et « des dizaines d'autres blessés ».

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a vivement condamné l'attaque dans un communiqué.

Selon l'agence onusienne, le camp situé près de l'aéroport de Bagdad abrite environ 2200 réfugiés.

« C'est un acte déplorable, et je suis très préoccupé par le préjudice infligé à ceux qui vivaient dans le camp Liberty », a déclaré le Haut-commissaire pour les réfugiés Antonio Guterres.

« Tous les efforts doivent continuer à être faits pour (soigner) les blessés et identifier (...) les responsables », a-t-il ajouté.

De son côté, le secrétaire d'État américain John Kerry a indiqué dans un communiqué que « les États-Unis condamnent avec fermeté l'attaque brutale et insensée » du camp.

M. Kerry a précisé que Washington avait été en contact avec de hauts responsables irakiens pour s'assurer que les autorités fournissent « toute l'assistance médicale urgente » nécessaire et que des mesures de sécurité supplémentaires seront mises en place après cette « attaque non provoquée ».

Les États-Unis ont affirmé leur détermination à assister le Haut-commissariat pour transférer les habitants du camp « vers un endroit permanent et sûr en dehors de l'Irak », et invité davantage de pays à « répondre à cette urgente situation humanitaire ».

Fondés en 1965 avec pour objectif de renverser le Chah puis le régime islamique, les Moudjahidine du peuple ont été chassés d'Iran dans les années 1980 et se sont notamment installés en Irak. Ils avaient soutenu l'Irak de Saddam Hussein lors de la guerre Iran-Irak dans les années 1980.

Mais après l'invasion américaine de l'Irak en 2003, le nouveau pouvoir, en majorité chiite, s'est rapproché de Téhéran et juge la présence de l'opposition iranienne en exil encombrante.

Plusieurs attaques à la roquette contre le camp ont déjà eu lieu dans le passé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer