Arabie saoudite: dix ans de prison pour un défenseur des droits civils

L'Arabie saoudite a emprisonné lundi un défenseur des droits civils condamné à... (ARCHIVES AP)

Agrandir

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Dubaï

L'Arabie saoudite a emprisonné lundi un défenseur des droits civils condamné à dix ans de réclusion en vertu d'une loi antiterroriste destinée à étouffer la liberté d'expression, a affirmé Amnesty International.

Abdelkarim al-Khoder est l'un des 11 membres fondateurs de l'Association saoudienne des droits civils et politiques (ACPRA) qui se trouvent déjà derrière les barreaux ou sont actuellement jugés pour avoir appelé à des réformes politiques et dans le domaine des droits de l'Homme, explique Amnesty.

«Les autorités saoudiennes ont poursuivi aujourd'hui (lundi) leur usage cynique et répressif et très vague de la loi antiterroriste pour purger la petite société civile du royaume», souligne l'ONG basée à Londres.

M. Khoder a été condamné en juin 2013 à huit ans de prison, mais la sentence avait par la suite été cassée.

Il est cependant resté arbitrairement détenu et son cas avait été revu par une Cour pénale spécialisée, qui a prononcé une peine plus importante, poursuit Amnesty.

M. Khoder est le dernier militant en date à avoir été inculpé par cette cour qui juge des affaires de terrorisme, affirmé les militants.

«Le recours abusif à la législation antiterroriste et à la très défaillante Cour spécialisée pour intimider et enfermer les défenseurs des droits de l'Homme, l'Arabie saoudite envoie le message glaçant selon lequel toute personne qui s'exprime sera purgée», souligne James Lynch, du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty.

M. Khoder a été accusé de désobéissance à l'égard du roi, d'incitation au désordre en appelant à manifester et de participer à la fondation d'une organisation non autorisée, affirme Amnesty, qui le décrit comme étant un ancien professeur de la faculté de jurisprudence islamique à l'université Al-Qassim.

Un autre membre d'ACPRA, Abdelrahmane al-Hamid, avait été condamné mercredi par la Cour spécialisée à neuf ans de prison, selon Amnesty.

Dans un cas séparé, également mercredi, la Cour spécialisée a condamné le défenseur des droits de l'Homme Abdelaziz al-Senaidi à huit ans de prison, a rapporté une autre ONG, le Centre du Golfe pour les droits de l'Homme.

Arrêté en mars, M. Senaidi a été inculpé à propos d'une pétition appelant à manifester, selon le Centre du Golfe pour les droits de l'Homme.

La condamnation de M. Khoder est intervenue au cours de la visite à Ryad du ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, qui a été reçu par le roi Salmane.

M. Steinmeier a dit avoir abordé des «cas individuels» liés à la situation des droits de l'Homme, notamment celui du blogueur Raif Badawi condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans de prison pour insulte à l'islam.

Le chef de la diplomatie allemande a dit avoir souligné très explicitement que «nous attendons des progrès».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer