En désaccord sur les Kurdes, Turcs et Américains s'allient contre l'EI

La Turquie a permis aux États-Unis de frappes... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

La Turquie a permis aux États-Unis de frappes aériennes à partir de son territoire en juillet dernier.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sara Hussein
Agence France-Presse
Beyrouth

Les États-Unis et la Turquie, malgré leurs divergences à l'égard des Kurdes, sont en train de forger une alliance de circonstance pour créer en Syrie une zone débarrassée des jihadistes.

Critiquée depuis des mois pour son inaction contre le groupe jihadiste État islamique (EI), la Turquie a affiché une nouvelle stratégie saluée par Washington et l'OTAN.

Elle a ouvert leur base aérienne d'Incirlik pour permettre à la coalition internationale conduite par les États-Unis de frapper les jihadistes en Syrie, a mené son propre raid contre l'EI et a arrêté des suspects.

De plus, son chef de la diplomatie Mevlut Cavusoglu a annoncé qu'Ankara lancerait «bientôt une lutte d'envergure» contre l'EI et que les avions américains, basés en Allemagne, «ont commencé à arriver» en Turquie.

Un drone américain, parti mercredi pour la première fois de Turquie, a bombardé une cible de l'EI en Syrie, pays voisin de la Turquie ravagé par la guerre depuis plus de quatre ans.

Mais pour les experts, cette alliance turco-américaine est viciée par la volonté des Turcs de cibler les forces kurdes tandis que les Américains sont réticents à s'en prendre à des combattants qui se révèlent être des alliés sur le terrain contre les jihadistes.

La majorité des frappes turques ont ciblé les rebelles indépendantistes kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) dans le Sud-est turc et dans le nord de l'Irak, autre pays voisin de la Turquie.

«Pour Ankara, le PKK et les Kurdes sont une question bien plus importante que l'EI», assure Charles Lister, chercheur associé au Centre Brookings de Doha.

En tête des soucis des Turcs en Syrie figurent le Parti d'union démocratique kurde (PYD) et son bras armé, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), qu'il considère comme une branche du PKK.

Peur de la «ceinture kurde»

Les YPG, qui ont chassé l'EI successivement des villes de Kobané et de Tall Abyad, frontalières de la Turquie, sont apparues comme la force la plus apte à combattre l'EI et sont un allié majeur de la coalition internationale.

«Ces relations profondes entre les États-Unis et le groupe kurde syrien, qui entend créer à terme une région autonome, effraient la Turquie», dit Henri Barkey, directeur du programme sur le Moyen-Orient du Centre international Woodrow Wilson.

Le cauchemar pour les Turcs c'est la création d'une région autonome kurde en Syrie, dénommée Rojava, à l'instar de celle dans le nord de l'Irak. Ils craignent qu'une telle éventualité stimule les ambitions séparatistes des Kurdes sur son territoire.

Cherchant à rassurer la Turquie, les États-Unis ont dit qu'elle avait «le droit de se défendre» contre le PKK qui figure sur la liste américaine des organisations «terroristes».

La pièce maîtresse du nouvel accord turco-américain consiste à créer une zone sans jihadistes, assez sécurisée pour permettre aux quelque 1,8 million de Syriens réfugiés en Turquie de rentrer chez eux.

Mais pour Ankara, l'objectif est surtout de bloquer les ambitions kurdes de contrôler en Syrie une bande frontalière qui irait de l'Irak à la Méditerranée.

«La Turquie craint la création d'une ceinture kurde le long de frontière qui bloquerait son accès à la quasi-totalité de la Syrie», explique Aaron Stein, chercheur associé au Centre Rafic Hariri pour le Moyen-Orient.

Quelles forces sur le terrain?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé les kurdes syriens de chercher à «créer un couloir allant de l'extrême est à la Méditerranée» et pour lui il y a peu de différence entre l'EI et le PKK. «Un terroriste est un terroriste».

Selon des rapports, la zone sécurisée pourrait s'étendre sur 100 km le long de la frontière à partir de la ville syrienne de Jarablos sur l'Euphrate à l'est jusqu'à celle d'Azaz à l'ouest.

«Pour Ankara, la zone sécurisée vise à s'assurer que les Kurdes syriens seront incapables de consolider les gains obtenus sur le champ de bataille contre l'EI en créant Rojava», assure Steven Cook, du Conseil des relations extérieures.

Mais reste à savoir comment cette zone serait mise en place et quelles forces assureraient sa sécurité.

«C'est la grande question. Il n'est pas clair comment les deux alliés vont gérer ce problème», note Aaron Stein.

Il est exclu que cette tâche revienne aux forces kurdes en raison des objections d'Ankara, et Washington n'a aucun désir de travailler avec des rebelles islamistes même s'ils sont hostiles à l'EI. Reste donc à s'appuyer sur des rebelles syriens «sûrs».

Or pour le moment, moins de 60 rebelles ont subi un entraînement de la part des Turcs et des Américains et une partie de ceux rentrés en Syrie ont été tués ou kidnappés par la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer