Mondial-2022: le Qatar arrête un journaliste de la BBC invité pour une visite

Un travailleur originaire de l'Inde montre sa chambre,... (Photo Maya Alleruzzo, archives AFP)

Agrandir

Un travailleur originaire de l'Inde montre sa chambre, qu'il partage avec sept autres Indiens, à des journalistes lors d'une visite organisée par le gouvernement du Qatar des chantiers du Mondial-2022.

Photo Maya Alleruzzo, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un journaliste de la BBC, invité au Qatar pour une visite guidée sur les conditions des expatriés travaillant sur des chantiers du Mondial-2022, a été arrêté et détenu pendant 24 heures, a rapporté lundi la chaîne britannique.

Mark Lobel, reporter économique de la BBC basé à Dubaï, a indiqué avoir été arrêté dans la capitale Doha, avec trois membres de son équipe, alors qu'ils filmaient un groupe de travailleurs népalais. Ils ont été détenus pendant plus de 24 heures et ont passé deux nuits en prison.

Aucune accusation n'a été retenue contre l'équipe de la BBC, dont le matériel confisqué n'a cependant pas été restitué.

Ces arrestations surviennent au moment où le Qatar, vivement critiqué pour les mauvaises conditions des expatriés, mène campagne à l'échelle internationale pour prouver que ces conditions s'amélioraient.

Dans un communiqué, le chef du bureau de presse du gouvernement, Saif Al-Thani, a accusé Mark Lobel d'avoir violé la loi, en affirmant que, sans attendre la visite organisée par le gouvernement, l'équipe de la BBC a tenté de pénétrer de nuit dans un camp de travailleurs.

«Le fait de faire intrusion dans une propriété privée est une violation de la loi au Qatar comme c'est le cas dans la plupart des pays», a-t-il ajouté.

C'est la deuxième fois en quelques semaines que les autorités qataries arrêtent des journalistes cherchant à couvrir les conditions de vie des travailleurs migrants dans des chantiers liés à la Coupe du Monde-2022.

En mars, un reporter d'une télévision allemande et un de ses collègues avaient été interpellés au moment où ils filmaient dans une zone habitée par des expatriés.

Le journaliste de la BBC a raconté, sur le site de la chaîne, l'arrestation qualifiée de «mouvementée»: «Soudainement, huit voitures blanches ont encerclé notre véhicule et nous ont dirigés en vitesse vers une route secondaire. Une dizaine de policiers nous ont fouillés dans la rue, nous criant dessus lorsque nous avons essayé de parler. Ils ont confisqué nos équipements et des disques durs et nous ont conduits dans leur QG».

«Plus tard, au commissariat de la ville, le cameraman, l'interprète, le chauffeur et moi-même sommes interrogés séparément par des agents du renseignement. L'interrogatoire était hostile», a-t-il ajouté.

Mark Lobel a ajouté qu'un officier s'était adressé à lui en ces termes: «Ce n'est pas Disneyland! Vous ne pouvez pas vous promener avec votre caméra partout».

Après avoir été libérée, l'équipe a été ensuite autorisée à participer à la visite guidée, organisée par une compagnie de relations publiques basée à Londres: Portland Communications.

Le gouvernement du Qatar a affirmé ces dernières semaines qu'il améliorait les conditions de vie et de travail des centaines de milliers d'expatriés, employés dans le riche émirat gazier.

Doha a introduit un système assurant la paie des salaires à temps et il construit des «cités» pour de meilleures conditions d'hébergement. Il a annoncé aussi qu'il entendait mettre fin rapidement au système de parrainage, ou Kafala, qui met l'employé à la merci de son employeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer