Douze millions d'enfants ne vont pas à l'école

Des garçons palestiniens boivent un verre de jus... (PHOTO KHALIL HAmRA, ARCHIVES AP)

Agrandir

Des garçons palestiniens boivent un verre de jus assis sur les débris d'un mur de leur école endommagé lors de l'offensive israélienne dans la bande Gaza, l'été dernier. À Gaza City, le 14 septembre. Au Moyen-Orient, quelque 12,3 millions d'enfants sont non scolarisés, affirme un rapport.

PHOTO KHALIL HAmRA, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

Plus de 12 millions d'enfants ne sont pas scolarisés au Moyen-Orient, s'est alarmé mercredi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), en relevant néanmoins des progrès dans les efforts pour élargir la scolarisation.

Ce chiffre n'inclut pas les enfants contraints à quitter l'école à cause des conflits en Syrie et en Irak. Avec eux, le nombre d'enfants non scolarisés atteint 15 millions, précise l'UNICEF dans un rapport présenté à Beyrouth.

Cette étude préparée conjointement par l'UNICEF et l'UNESCO salue les «ressources considérables et le capital politique» consacrés à l'éducation au Moyen-Orient au cours de la dernière décennie. Il relève que «le nombre d'enfants non scolarisés dans les écoles primaires a chuté, souvent de moitié».

«Mais au cours des dernières années, aucun progrès n'a été enregistré», souligne-t-il.

Quelque 4,3 millions d'enfants sont non scolarisés au primaire et 2,9 millions au collège. En outre, 5,1 millions d'enfants ne sont pas accueillis en maternelle, portant à 12,3 millions le nombre d'enfants non scolarisés, affirme le rapport.

Ce chiffre représente environ 15 % des enfants au Moyen-Orient en âge d'être scolarisés en pré-scolaire, primaire ou secondaire.

Selon le rapport, une étude effectuée dans neuf pays de la région révèle une série de raisons pour lesquelles ces enfants sont privés d'école, dont la pauvreté. Dans plusieurs cas, les familles ne peuvent payer les frais associés à la scolarisation, notamment les manuels et les uniformes. Certaines d'entre elles ont décidé de faire travailler leur enfant pour des raisons financières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer