Yémen: près de 40 civils tués dans une laiterie

Le bombardement de la laiterie a fait «37... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le bombardement de la laiterie a fait «37 morts et 80 blessés» parmi les employés, a déclaré le gouverneur de Hodeida

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jamal AL-JABIRI, Fawaz AL-HAIDARI à
Agence France-Presse
Aden, SANAA

Près de 40 civils ont été tués mercredi dans le bombardement d'une laiterie au Yémen, alors que les organisations internationales s'inquiètent d'une crise humanitaire au septième jour de la campagne aérienne menée par l'Arabie saoudite contre les rebelles chiites.

La coalition formée par plusieurs pays et commandée par le royaume sunnite saoudien a intensifié dans la journée ses raids contre les rebelles Houthis à Aden, la capitale du sud, et ont frappé également leurs positions dans la capitale Sanaa.

Mais le ministre yéménite des Affaires étrangères Ryad Yassine a appelé la coalition à envoyer des troupes au sol.

«Oui, je demande cela, car je pense qu'à un moment, les raids aériens seront inefficaces», a-t-il déclaré à l'AFP à Ryad, où il s'est réfugié avec le président Abd Rabbo Mansour Hadi, après que les Houthis, liés à l'Iran chiite, ont pris de vastes régions du centre, de l'ouest et du sud du Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique.

Dans l'ouest du Yémen, à Hodeida, le gouverneur, Hassan Ahmed al-Haï, a indiqué que le bombardement d'une laiterie avait fait «37 morts et 80 blessés» parmi les employés.

Il n'a pas précisé si l'usine avait été touchée par un raid de la coalition ou des tirs des rebelles qui tiennent une position proche.

Le porte-parole de la coalition basé Ryad, le général Ahmed Assiri, a accusé ces derniers d'avoir «visé» l'usine, avec des «obus et des roquettes».

Des témoins ont donné la même version alors que d'autres ont indiqué que la laiterie avait été touchée par un missile tiré par un avion.

Ce lourd bilan est venu confirmer les inquiétudes d'organisations humanitaires sur le sort des civils.

«Pas d'endroit sûr»

Il y a aura certainement «moins de pertes civiles» si la coalition envoie des troupes au sol et la principale raison derrière cette demande est liée à la nécessité de faire entrer de l'aide humanitaire, a indiqué le ministre Yassine.

«Nous n'avons pas d'endroit sûr depuis lequel elles peuvent opérer», a-t-il ajouté en référence aux organisations humanitaires.

Ailleurs dans le pays, 19 personnes, dont six civils, ont été tuées lorsque des combattants rebelles ont avancé vers le quartier de Khor Maksar à Aden, déclenchant des combats avec des habitants et des supplétifs de l'armée pro-Hadi, selon un médecin et un responsable militaire.

Lundi, 40 civils avaient péri dans un raid contre un camp de déplacés dans le nord-ouest du pays, une attaque imputée à la coalition qui a admis la possibilité de «dommages collatéraux».

Les agences des Nations unies et plusieurs organisations humanitaires ont donné de nombreux exemples de pertes civiles en sept jours, l'Unicef évoquant la mort de 62 enfants. Certaines ont indiqué que les combattants au sol n'hésitaient pas à se mêler à la population.

L'acheminement de l'aide et des médicaments est d'autant plus difficile que l'espace aérien reste risqué et les ports sont bloqués par la marine de la coalition pour empêcher que des armes ne soient livrées aux rebelles, notamment depuis l'Iran.

Raids intensifiés à Aden

Toute la journée, l'aviation et la marine de la coalition ont bombardé des positions rebelles dans la ville portuaire d'Aden, où M. Hadi s'était un temps réfugié après la prise de Sanaa par les rebelles en février.

Le principal objectif à Aden a été un complexe de l'administration provinciale à Dar Saad, à l'entrée nord de la ville, dont s'étaient emparés les Houthis, selon un officier. Il a évoqué de «nombreux morts» parmi les Houthis.

Le QG de la 5e Brigade, loyale à l'ex-président Ali Abdallah Saleh allié aux Houthis, a été visé dans le nord d'Aden, ainsi que l'aéroport international, selon lui.

Des frappes ont en outre pris pour cibles plusieurs bases militaires à Sanaa mercredi soir, les rebelles ripostant par des tirs, ont indiqué des habitants.

Le général saoudien Assiri a affirmé que les «opérations se concentrent contre les brigades (rebelles) dans les provinces de Dhaleh, Aden et Chabwa», dans le sud. «Des opérations ont été couronnées de succès», a-t-il dit en faisant état de la reprise par les forces progouvernementales de Dhaleh.

L'Arabie saoudite a décidé d'entrer en action le 26 mars à la tête d'une coalition de neuf pays arabes pour empêcher les Houthis de s'emparer du pouvoir au Yémen, avec lequel elle partage 1800 kilomètres de frontières.

M. Hadi a qualifié les Houthis de «marionnettes» de Téhéran, tandis que Ryad a dit vouloir stopper «l'agression» iranienne. Mais Téhéran a nié apporter une aide militaire aux rebelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer