Le nombre de civils Palestiniens tués en 2014 le plus élevé depuis 1967

Un garçon passe en courant devant un château... (PHOTO SAID KHATIB, AFP)

Agrandir

Un garçon passe en courant devant un château d'eau détruit durant l'opération israélienne à Gaza l'été dernier, près de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 février.

PHOTO SAID KHATIB, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le nombre de civils palestiniens tués lors d'affrontements avec Israël a atteint en 2014 un niveau sans précédent depuis la guerre des Six Jours de juin 1967, selon un rapport de l'ONU rendu public jeudi.

«2014 a connu le pire bilan pour les pertes civiles parmi les Palestiniens depuis 1967», en raison surtout du bilan des morts durant l'opération «Bordure protectrice» lancée l'été dernier par l'armée israélienne dans la bande de Gaza.

Lors de cette opération, «plus de 1500 civils ont été tués, 11 000 ont été blessés et 100 000 déplacés», des personnes qui n'avaient toujours pas retrouvé de domicile fin 2014, selon le rapport annuel de l'Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires dans les territoires palestiniens occupés (OCHA).

Au total, 2220 Palestiniens, dont des combattants, ont été tués dans la bande de Gaza. Parmi les victimes figurent 550 enfants, précise le document intitulé «Vies fragmentées». Côté israélien, 73 personnes ont été tuées, dont 67 soldats.

OCHA a indiqué ne pas avoir été en mesure de vérifier lui-même le nombre de victimes fourni par des ONG, des sources palestiniennes et israéliennes.

En Cisjordanie occupée et à Jérusalem, 58 Palestiniens ont été tués et 6028 autres blessés en 2014, soit le niveau le plus élevé depuis des années, ajoute le rapport. Durant la même période, 12 Israéliens ont été tués. Le nombre de Palestiniens détenus «pour des raisons de sécurité» a pour sa part augmenté de 24 % à 5258 prisonniers en moyenne mensuelle l'an dernier.

En Cisjordanie et à Jérusalem-Est, 1215 Palestiniens ont été expulsés de leur domicile détruit par les autorités israéliennes, soit le chiffre le plus élevé depuis qu'OCHA a commencé en 2008 à faire ce type de décompte.

Le rapport dénonce également la poursuite de l'expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est contraire au droit international.

«Au total, quelque 4 millions de Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont restés sous un régime d'occupation militaire israélienne», déplore l'OCHA.

Amnistie internationale a pour sa part dénoncé dans un communiqué le mépris flagrant «pour la vie des civils israéliens de la part des groupes armés palestiniens» en pointant un doigt accusateur vers le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

«Les groupes armés palestiniens doivent mettre fin à toutes leurs attaques contre des civils et à leurs attaques sans discrimination», ajoute l'ONG basée à Londres.

L'organisation souligne toutefois que le «fait que des groupes armés palestiniens semblent avoir commis des crimes de guerre en tirant sans discrimination des roquettes et des obus de mortier n'absout pas les forces israéliennes qui doivent respecter leurs obligations».

Les Palestiniens ont annoncé leur intention de saisir le 1er avril la Cour pénale internationale contre les dirigeants israéliens qu'ils accusent de «crimes de guerre» et pour la poursuite de la colonisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer