Huitième report de la flagellation de Raif Badawi

Ensaf Haidar, la femme de Raif Badawi, lors... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Ensaf Haidar, la femme de Raif Badawi, lors d'une manifestation pour sa libération.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Paris

Raif Badawi évite une nouvelle fois la flagellation, en Arabie saoudite.

Le bureau français d'Amnistie internationale, basé à Paris, a rapporté la nouvelle de ce 8e report vendredi, sans dire si le blogueur avait vu des médecins et sans préciser s'il y avait eu explication de l'Arabie saoudite.

Raif Badawi est emprisonné depuis 2012 en Arabie saoudite pour avoir critiqué le régime saoudien et s'être exprimé sur l'islam dans son blogue, qui fait la promotion des droits de la personne et de la démocratie dans son pays.

Sa femme, Ensaf Haidar, et leurs enfants sont présentement réfugiés à Sherbrooke, au Québec.

Il a été condamné à 10 ans de prison, à 300 000 $ d'amende et à 1000 coups de fouet.

Il a reçu une première série de 50 coups de fouet, il y a quelques semaines. Depuis, selon Amnistie Internationale, il serait mal en point, car il devait en recevoir une nouvelle série chaque semaine, mais chaque fois la séance de flagellation a été reportée.

Cependant, de nombreuses pressions sur le régime saoudien sont appliquées à l'échelle internationale ce qui, d'après certains observateurs, a pu faire fléchir les autorités.

Le 3 février, son dossier a été transféré de la Cour Suprême à la Cour Criminelle de Jeddah, qui l'a déjà jugé en mai 2014. La justice saoudienne pourrait rejuger Raif Badawi pour apostasie, ce qui pourrait le conduire à la peine de mort en cas de culpabilité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer