Washington menace de couper l'aide à l'Autorité palestinienne

La porte-parole du département d'État, Jen Psaki.... (Archives AFP)

Agrandir

La porte-parole du département d'État, Jen Psaki.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bradley Klapper
Associated Press
Washington

L'administration Obama envisage de réduire l'aide financière annuelle de 440 millions $ US versée à l'Autorité palestinienne en représailles à sa demande de se joindre à la Cour pénale internationale (CPI).

Dans le même souffle, les Américains ont aussi critiqué la décision israélienne de retenir des dizaines de millions de dollars en taxes collectée pour le compte de l'Autorité palestinienne. Selon la porte-parole du département d'État, Jen Psaki, cette mesure ne fera «qu'exacerber les tensions».

Les États-Unis tentent de ménager le chèvre et le chou au Proche-Orient, eux qui ont tout fait pour éviter que l'Autorité palestinienne se joigne à la CPI. Mme Psaki a reconnu que les Américains tentaient d'éviter une escalade dans les mesures de représailles.

La décision des Palestiniens de se joindre à la CPI survient après le rejet par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une proposition exigeant le retrait des Israéliens des territoires occupés d'ici trois ans.

Israël s'oppose fortement à l'adhésion de l'Autorité palestinienne à la CPI. Tel Aviv craint de faire face à des poursuites politiques qui isoleraient davantage l'état hébreu de la communauté internationale et empêcheraient des dirigeants israéliens de se rendre à l'étranger.

Mme Psaki a affirmé que la décision palestinienne est «contre-productive et n'aidera en rien les aspirations à la souveraineté et à un pays indépendant du peuple palestinien».

L'administration doit analyser si son aide à l'Autorité palestinienne est légale, a ajouté Mme Psaki. En vertu d'une loi américaine, chaque mesure  des Palestiniens contre Israël doit entraîner une réduction de l'aide financière des États-Unis. Toutefois, l'adhésion palestinienne au statut de Rome - qui régit la CPI - n'implique pas automatiquement des mesures de représailles de Washington.

Israël et les États-Unis ne reconnaissent pas la compétence de la CPI.

Le secrétaire d'État John Kerry a discuté de la situation avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou au cours du week-end. D'autres responsables américains se sont entretenus avec le président palestinien Mahmoud Abbas dans l'espoir de le dissuader de se joindre à la CPI.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer