Bahreïn: le chef de l'opposition chiite placé en détention pour sept jours

Depuis dimanche soir, des manifestations sporadiques émaillées d'incidents... (PHOTO MOHAMMED AL-SHAIKH, AFP)

Agrandir

Depuis dimanche soir, des manifestations sporadiques émaillées d'incidents ont lieu dans des banlieues à majorité chiite de Manama, selon des témoins.

PHOTO MOHAMMED AL-SHAIKH, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DUBAÏ

Le chef de l'opposition chiite à Bahreïn, cheikh Ali Salmane, inculpé notamment d'incitation à un changement de régime, a été placé en détention pour sept jours, a annoncé mardi le parquet.

Arrêté dimanche à Manama, cheikh Salmane, 49 ans, est accusé d'appel à la haine et à la violence pour changer le régime dans ce royaume du Golfe à majorité chiite dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa.

Le chef d'Al-Wefaq («L'entente»), principal mouvement de l'opposition à Bahreïn, avait été convoqué au ministère de l'Intérieur dimanche matin. Lundi soir, il a été formellement inculpé «d'incitation à un changement de régime par la force, par des menaces et des moyens illégaux, et d'insulte publique envers le ministère de l'Intérieur».

Selon le procureur général, cheikh Salmane est également accusé d'avoir incité à «la haine envers un segment de la population», une référence à la communauté sunnite.

L'opposant, qui a pu voir quatre de ses avocats avant un nouvel interrogatoire mardi, a été «confronté à des enregistrements (de ses discours) comportant des appels et des incitations qui justifient le recours à la violence et impliquent une menace de recourir à la force militaire contre l'autorité de l'État», a affirmé le procureur général Nayef Youssef Mahmoud dans un communiqué.

Au terme de l'interrogatoire, il a été décidé de maintenir «l'accusé en détention pendant sept jours à titre préventif pour les besoins de l'enquête», a-t-il ajouté.

Réagissant très vite, le Wefaq a estimé que cette mesure «grave» témoignait de «l'ampleur de la crise politique» à Bahreïn. Elle «ferme toutes les portes à un règlement politique», a ajouté le mouvement.

Mais le Wefaq a été rappelé à l'ordre par le ministère de la Justice qui l'a accusé dans un communiqué d'«utiliser des forums et des hommes religieux dans ses activités politiques, en contravention avec les principes de l'action politique».

Le ministère prévient que «si le Wefaq continue (...) ce sera une grave déviation», par rapport à la loi sur les associations politiques qui agissent de fait comme des partis, formellement interdits à Bahreïn.

Pressé de se conformer à cette toi, le Wefaq a tenu vendredi dernier son congrès général, au cours duquel il a reconduit Ali Salmane dans ses fonctions.

Depuis dimanche soir, des manifestations sporadiques émaillées d'incidents ont lieu dans des banlieues à majorité chiite de Manama, selon des témoins. Des heurts ont notamment éclaté entre policiers et manifestants près de la résidence de cheikh Salmane, les forces de sécurité faisant usage de gaz lacrymogènes.

Proche allié des États-Unis et siège de la Ve flotte américaine, Bahreïn (1,3 million d'habitants) est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une vraie monarchie constitutionnelle.

La dynastie sunnite des Al-Khalifa a jusqu'ici réprimé d'une poigne de fer toutes les manifestations violentes. Des élections législatives, organisées en novembre, ont été boycottées par l'opposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer