Le Pakistan et l'Afghanistan veulent tourner la page de leur passé

Le président afghan Ashraf Ghani discute avec le... (PHOTO B.K. BANGASH, AP)

Agrandir

Le président afghan Ashraf Ghani discute avec le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, le 15 novembre à Islamabad.

PHOTO B.K. BANGASH, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISLAMABAD

Le Pakistan et l'Afghanistan ont mis un terme en «trois jours» à 13 ans de différends en misant sur la collaboration économique afin de stabiliser la région après retrait des troupes de combat de l'OTAN en décembre, a affirmé samedi à Islamabad le président afghan Ashraf Ghani.

Le Pakistan et l'Afghanistan s'accusent depuis des années de soutenir des groupes rebelles des deux côtés de leur longue et poreuse frontière.

Successeur de Hamid Karzaï, au pouvoir de la fin 2001 à septembre dernier, Ashraf Ghani a voulu enterrer la hache de guerre en faisant sa première visite officielle au Pakistan afin de resserrer les liens et d'agir en commun pour tenter de rallier les rebelles talibans afghans à la paix.

«Nous avons levé les obstacles de 13 années en trois jours [...] Nous nous sommes mis d'accord sur une vision commune où l'Afghanistan et le Pakistan seront le coeur de l'Asie afin d'assurer une intégration économique» entre le sud et la portion centrale du continent, a déclaré M. Ghani lors d'une conférence de presse avec le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif.

Les deux voisins aux relations tumultueuses misent entre autres sur les projets de ligne électrique CASA-1000 et de gazoduc TAPI afin de relier les ressources énergétiques d'Asie centrale à l'Asie du Sud, via l'Afghanistan, véritable pont entre ces deux régions peu intégrées, a souligné M. Sharif.

Le projet TAPI souhaite relier sur 1800 kilomètres les titanesques champs gaziers du Turkménistan au Pakistan et à l'Inde, deux marchés émergents assoiffés d'énergie, en passant par les vallées rocailleuses de l'Afghanistan, contrôlées en partie par les talibans, ce qui pourrait compliquer la réalisation du projet selon des analystes.

Selon des sources proches du dossier, les géants ExxonMobil, Chevron, Petronas, BP et aussi le français Total font partie des groupes intéressés à la construction de cette autoroute du gaz dont la facture est évaluée à au moins 7,6 milliards de dollars.

MM. Ghani et Sharif ont aussi évoqué les questions sécuritaires lors de leur entretien, le Pakistan réitérant son appui au processus de réconciliation afghan visant à pacifier le pays confronté à l'insurrection des talibans.

«Nous n'allons pas laisser le passé détruire le futur», a souligné Ashraf Ghani, qui a aussi fait une parenthèse sur l'organisation État Islamique (EI), qui contrôle des pans entiers de la Syrie et de l'Irak, et dont l'influence commence à préoccuper des responsables en Afghanistan et au Pakistan.

«Le reste du monde doit comprendre que le monde musulman est actif dans la lutte contre l'État islamique et d'autres menaces», grâce entre autres à la consolidation de la démocratie et la transition du pouvoir réussie en Afghanistan, a affirmé M. Ghani, a assisté samedi à un match de cricket avec Nawaz Sharif.

L'équipe A de l'Afghanistan a remporté le match sur l'équipe A du Pakistan. Les deux dirigeants ont ensuite remis la coupe au capitaine de l'équipe afghane, avant de poser pour la photo tous ensemble.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer