Violents affrontements après la mort d'un jeune Palestinien

  •  (PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP)

    Plein écran

    PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP

  • 1 / 6
  •  (PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP)

    Plein écran

    PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP

  • 2 / 6
  •  (PHOTO AMMAR AWAD, AP)

    Plein écran

    PHOTO AMMAR AWAD, AP

  • 3 / 6
  •  (PHOTO MOHAMMED BALLAS, AP)

    Plein écran

    PHOTO MOHAMMED BALLAS, AP

  • 4 / 6
  •  (PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS)

    Plein écran

    PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS

  • 5 / 6
  • Un policier israélien monte la garde à l'orée de la forêt de Jérusalem où le corps du jeune Palestinien a été retrouvé, le 2 juillet. (PHOTO RONEN ZVULUN, REUTERS)

    Plein écran

    Un policier israélien monte la garde à l'orée de la forêt de Jérusalem où le corps du jeune Palestinien a été retrouvé, le 2 juillet.

    PHOTO RONEN ZVULUN, REUTERS

  • 6 / 6
Majeda EL-BATSH
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Un adolescent palestinien a été enlevé et tué mercredi, apparemment en représailles au meurtre de trois jeunes Israéliens, déclenchant des violences à Jérusalem-Est et faisant craindre un cycle d'actes de vengeance en Israël et dans les Territoires palestiniens.

De violents affrontements ont opposé toute la journée des jeunes Palestiniens, lançant des pierres et des cocktails Molotov, à des policiers israéliens tirant des balles en caoutchouc dans de nombreux quartiers de Jérusalem-Est occupé et annexé. Les heurts se poursuivaient dans la nuit, selon des témoins.

Selon le Croissant-Rouge, 65 Palestiniens ont été blessés, dont trois par balles réelles, et 18 ont été hospitalisés, lors de ces affrontements rappelant les intifadas (soulèvements) palestiniennes.

Les violences ont été particulièrement marquées dans le quartier de Chouafat, où Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, a été enlevé mardi soir. Quelques heures plus tard, son corps «portant des marques de violences» a été découvert près d'une forêt dans la partie ouest de la ville.

Selon plusieurs médias, il pourrait s'agir d'un acte de vengeance après la découverte lundi des corps des trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin en Cisjordanie.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a mis le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en demeure «de punir les assassins s'il veut la paix entre les peuples palestinien et israélien», l'exhortant également à «prendre des mesures concrètes pour arrêter les attaques de colons et le chaos qui en résulte».

De son côté, M. Netanyahu a condamné «ce crime abominable» et a réclamé que les enquêteurs fassent diligence pour retrouver ses auteurs, tout en appelant à «ne pas se faire justice soi-même».

Le mouvement islamiste Hamas, mis en cause par Israël dans la mort des trois jeunes, a pour sa part promis que les dirigeants israéliens paieraient pour les crimes «des hordes de colons», les accusant d'en «porter la responsabilité directe».

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une roquette tirée de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, a touché directement une maison à Sdérot, endommageant une route voisine et une provoquant une panne d'électricité générale dans cette ville du sud d'Israël, selon un communiqué de l'armée.

Auparavant, dix projectiles -- dont deux roquettes interceptées par la défense antimissile -- avaient été tirés de Gaza vers Israël, portant à 18 le nombre d'engins lancés depuis 24 heures depuis le territoire palestinien.

Quelque 3000 manifestants se sont rassemblés mercredi soir dans la ville de Gaza à l'appel du Hamas pour dénoncer le meurtre de l'adolescent de Jérusalem-Est et en solidarité avec les Palestiniens de Cisjordanie, a constaté l'AFP.



«Le sang n'a qu'une couleur»

À Washington, la conseillère à la sécurité nationale du président Barack Obama, Susan Rice, a qualifié d'«odieux» le meurtre de Mohammad Abou Khdeir, et a appelé Israéliens et Palestiniens à ne pas entrer dans un cycle dangereux de représailles.

La famille d'un des trois jeunes Israéliens inhumés mardi lors d'une cérémonie nationale en présence de dizaines de milliers de personnes s'est, elle aussi, élevée contre le meurtre.

«Le sang n'a qu'une couleur. Un meurtre est un meurtre, quel que soit la nationalité ou l'âge et ne peut en aucun cas être justifié», a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Le ministre de la Sécurité publique, Yitzhak Aharonovitch, a souligné que «toutes les pistes d'investigation» étaient vérifiées et que le motif du meurtre ne pouvait pas «être déterminé pour le moment».

L'adolescent palestinien a «été vu emmené de force dans une voiture», selon la police, tandis que le père de la victime a expliqué à l'AFP qu'il avait été identifié par des tests ADN.

«C'est une voiture noire, qui avait déjà été signalée parce son conducteur avait tenté d'enlever un enfant palestinien de 7 ans lundi soir», a affirmé un cousin du jeune garçon.

Dès la découverte des corps des trois jeunes Israéliens lundi dans le sud de la Cisjordanie, la police israélienne avait renforcé ses effectifs sur tout le territoire pour prévenir des attentats ou des représailles contre la minorité arabe israélienne ou les Palestiniens.

Mardi, près de 200 personnes avaient pris part à une manifestation anti-arabe à Jérusalem qui a dégénéré en «chasse aux Arabes», selon des témoins.

L'armée a en outre décidé de sévir «fermement» contre ses soldats appelant sur les réseaux sociaux à «venger» la mort des trois Israéliens, et la police a reçu instruction d'enquêter sur les «incitations à la haine» qui se multiplient sur ces réseaux.

Mercredi soir, M. Netanyahu a de nouveau convoqué son cabinet de sécurité pour discuter de mesures de rétorsion anti-palestiniennes mais, selon les commentateurs, le meurtre du jeune Palestinien devrait réduire fortement sa marge de manoeuvre.

Ban Ki-moon condamne le meurtre

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné mercredi le meurtre du jeune Palestinien à Jérusalem et réitéré son appel au calme.

Selon son porte-parole Stéphane Dujarric, «le secrétaire général réitère son appel à toutes les parties afin qu'elles fassent en sorte que les tensions ne s'aggravent pas davantage et ne provoquent pas de nouvelles pertes humaines».

M. Ban adresse ses condoléances à la famille de la victime et «demande que les responsables de cet acte méprisable soient rapidement traduits en justice».




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer