Israël: troisième jour de manifestations de migrants africains

Lundi, les migrants africains avaient défilé à Tel-Aviv... (PHOTO BAZ RATNER, REUTERS)

Agrandir

Lundi, les migrants africains avaient défilé à Tel-Aviv devant plusieurs ambassades occidentales.

PHOTO BAZ RATNER, REUTERS

Agence France-Presse
TEL-AVIV

Des milliers de demandeurs d'asile africains entrés clandestinement en Israël se sont rassemblés mardi dans le centre de Tel-Aviv, au troisième jour de leur protestation contre la politique israélienne d'immigration, selon un correspondant de l'AFP.

Les manifestants, originaires principalement du Soudan et de l'Érythrée, ont manifesté dans le calme en brandissant des pancartes avec les slogans: «Nous sommes des réfugiés» et «Assez de prison».

Lundi, ils avaient défilé à Tel-Aviv devant plusieurs ambassades occidentales.

Dimanche, plus de 30 000 d'entre eux avaient participé à une manifestation monstre dans le centre de Tel-Aviv.

Ces demandeurs d'asile dénoncent le refus des autorités d'examiner leurs demandes d'asile, ainsi que le placement en rétention de centaines d'entre eux.

Mais ils se sont heurtés à un «non» du premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou qui a prévenu que leurs manifestations ne «serviraient à rien».

«De la même façon que nous avons réussi à bloquer totalement les infiltrations d'illégaux grâce à la clôture de sécurité, nous sommes déterminés à faire sortir ceux qui ont réussi à passer avant la fermeture de la frontière», a promis M. Nétanyahou.

La clôture électronique achevée en 2012, qui s'étend le long des 230 km de frontière avec l'Égypte, a réduit pratiquement à néant le nombre d'entrées illégales en Israël à partir de la péninsule du Sinaï.

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a reproché dimanche à Israël de dénier «l'accès au statut de réfugié» à ces clandestins «sans nécessairement tenir compte des raisons pour lesquelles ils ont fui leur pays», alors qu'en Europe plus de 70% des demandeurs d'asile soudanais ou érythréens se voient reconnaître ce statut.

La représentante de l'agence de l'ONU en Israël, Walpurga Englbrecht, s'est déclarée dans un communiqué «particulièrement troublée par la finalité» du centre de rétention de Holot, dans le sud du pays, estimant qu'il «fonctionne comme un centre de détention dont il n'y a pas de libération».

Selon une loi votée le 10 décembre, les immigrés clandestins peuvent être placés jusqu'à un an en rétention sans procès.

Le centre de Holot, qui a commencé à fonctionner en décembre, est ouvert pendant la journée, mais ses occupants doivent pointer à trois reprises et y passer la nuit.

Les autorités israéliennes, qui estiment à 60 000 le nombre d'Africains entrés clandestinement, ont lancé en 2012 une campagne ayant abouti au départ ou à l'expulsion de 3920 d'entre eux.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer