Réseau internet piraté: les Palestiniens réclament une enquête internationale

Mardi, l'ensemble du réseau internet des Territoires palestiniens... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Mardi, l'ensemble du réseau internet des Territoires palestiniens a été coupé par une attaque que le ministre palestinien des Communications, Mashour Abou Daqqa, avait qualifiée d'«organisée».

Photo: David Boily, La Presse

Agence France-Presse
Ramallah, Cisjordanie

Un ministre palestinien a annoncé mercredi qu'il allait réclamer une enquête internationale après une attaque de pirates informatiques qui ont coupé mardi le réseau internet en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Les Palestiniens vont demander à l'Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l'ONU, d'enquêter sur cette attaque coordonnée, a expliqué le ministre palestinien des Communications, Mashour Abou Daqqa, lors d'une conférence de presse.

Mardi, l'ensemble du réseau internet des Territoires palestiniens a été coupé par une attaque que M. Abou Daqqa avait qualifiée d'«organisée».

Mercredi, le ministre a réitéré ses accusations, évoquant «l'oeuvre d'un État» derrière l'attaque qui pourrait avoir impliqué des pirates informatiques d'une vingtaine de pays.

«Il est clair que cette attaque visait à effacer le nom de la Palestine d'internet en représailles après l'admission de la Palestine à l'UNESCO», a-t-il insisté.

Le réseau internet palestinien était en grande partie revenu à la normale mercredi après-midi. Selon Abdel Majid Melhem, directeur général de la Compagnie palestinienne de télécommunications, l'attaque, bien que toujours en cours, était «presque sous contrôle».

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a décidé lundi à Paris d'admettre la Palestine comme membre à part entière par 107 voix pour, 52 abstentions et 14 voix contre -dont celle du Canada, des États-Unis et d'Israël.

En réaction, le gouvernement israélien a annoncé mardi une accélération de la colonisation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée et un gel provisoire des transferts de fonds aux Palestiniens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer