Flottille pour Gaza: les militants veulent lever l'ancre aujourd'hui

  • Des participants à la flottille pour Gaza se trouvent sur le Stefano Chiarini amarré à l'île grecque de Corfu. (Photo Reuters)

    Plein écran

    Des participants à la flottille pour Gaza se trouvent sur le Stefano Chiarini amarré à l'île grecque de Corfu.

    Photo Reuters

  • 1 / 10
  • Une photo vaut mille mots... (Photo Reuters)

    Plein écran

    Une photo vaut mille mots...

    Photo Reuters

  • 2 / 10
  • Des participants à la flottille pour Gaza manifestent leur impatience sur le Stefano Chiarini amarré à l'île grecque de Corfu. (Photo Reuters)

    Plein écran

    Des participants à la flottille pour Gaza manifestent leur impatience sur le Stefano Chiarini amarré à l'île grecque de Corfu.

    Photo Reuters

  • 3 / 10
  • Le capitaine français Alain Cormand se trouve à la barre de son bateau toujours bloqué au port de Pireaus, près d'Athènes. (Photo AP)

    Plein écran

    Le capitaine français Alain Cormand se trouve à la barre de son bateau toujours bloqué au port de Pireaus, près d'Athènes.

    Photo AP

  • 4 / 10
  • Les drapeaux français, palestinien et de l'Union européenne flottent sur le mât d'un bateau de la flottille toujours bloqué en Grèce. (Photo AP)

    Plein écran

    Les drapeaux français, palestinien et de l'Union européenne flottent sur le mât d'un bateau de la flottille toujours bloqué en Grèce.

    Photo AP

  • 5 / 10
  • L'équipage du bateau français le Louise Michel a bien hâte de prendre la mer. (Photo Reuters)

    Plein écran

    L'équipage du bateau français le Louise Michel a bien hâte de prendre la mer.

    Photo Reuters

  • 6 / 10
  • Le capitaine du Louise Michel s'adresse à son équipage et aux militants avant un possible départ lundi. (Photo AFP)

    Plein écran

    Le capitaine du Louise Michel s'adresse à son équipage et aux militants avant un possible départ lundi.

    Photo AFP

  • 7 / 10
  • Des manifestants appuyant la flottille démontrent leur mécontentement à Corfu. (Photo Reuters)

    Plein écran

    Des manifestants appuyant la flottille démontrent leur mécontentement à Corfu.

    Photo Reuters

  • 8 / 10
  • Pendant ce temps, un enfant palestinien attend la flottille à Gaza. (Photo AFP)

    Plein écran

    Pendant ce temps, un enfant palestinien attend la flottille à Gaza.

    Photo AFP

  • 9 / 10
  • Pendant ce temps, un enfant palestinien attend la flottille à Gaza. (Photo Reuters)

    Plein écran

    Pendant ce temps, un enfant palestinien attend la flottille à Gaza.

    Photo Reuters

  • 10 / 10

(Jérusalem, Israël) Les bateaux de la flottille toujours à quai en Grèce tenteront de mettre le cap sur la bande de Gaza aujourd'hui, ont annoncé les organisateurs dimanche. Et ce, même si l'interdiction grecque de quitter le port en direction de la bande de Gaza n'était toujours pas levée.

«Nous sommes confiants de prendre la mer dans les 36 heures qui viennent», a répété en début de soirée le porte-parole du bateau canadien, Stéphan Corriveau, refusant de confirmer si les militants avaient l'intention de défier les autorités grecques.

Vendredi, le gouvernement a publié un avis interdisant à tout bateau d'appareiller les ports du pays à destination de Gaza.

«Un parlementaire grec est venu nous rencontrer et va soulever la question au Parlement, a souligné M. Corriveau dans une entrevue téléphonique. Il y a beaucoup de pressions sur le Parlement grec. Il y a eu des manifestations partout dans le monde. Nous avons confiance de pouvoir partir lundi (aujourd'hui).»

Entre-temps, Athènes a tenté d'apaiser les militants en leur offrant d'acheminer lui-même cette aide «par les canaux existants», comme l'a demandé l'ONU, a souligné hier dans un communiqué le ministère grec des Affaires étrangères.

Le bateau américain avait levé l'ancre vendredi, malgré la publication de l'avis. Il avait été intercepté peu après son départ par la garde côtière et est toujours gardé par les autorités. Son capitaine a été arrêté samedi. Il restera détenu jusqu'à son audience, prévue demain. Les passagers du Audacity of Hope ne perdent toutefois pas espoir de pouvoir se joindre à la flottille.

«Nous allons continuer à manifester contre le blocus dans la bande de Gaza, a dit Robert Naiman, l'un des porte-parole du bateau américain, joint au téléphone. Nous allons continuer à essayer de partir. Nous n'abandonnons pas.»

En tout, 10 bateaux devaient mettre le cap sur la bande de Gaza pour contester le blocus naval. Deux navires français sont déjà en mer. Un bateau irlandais, qui mouillait dans un port turc, a dû se retirer de la flottille après avoir constaté des dommages à son hélice mercredi. Les militants ont accusé Israël d'être derrière un «sabotage».

Hier, le porte-parole des Affaires étrangères de la Turquie a démenti ces allégations. Il a affirmé que les autorités avaient déterminé que le navire n'avait pas été vandalisé.

Fly-In

Pendant que les quelque 300 militants tentent de prendre la mer pour la bande de Gaza, un autre groupe se prépare à prendre l'avion pour aller en Cisjordanie.

Vendredi prochain, près de 600 militants pro-palestiniens devraient arriver à l'aéroport de Tel-Aviv pour un «fly-in», selon les organisateurs.

«Nous avons reçu l'appel d'une quinzaine d'associations, surtout palestiniennes, qui nous ont dit: «la flottille, c'est bien, mais pendant que les projecteurs sont braqués du côté de Gaza, le gouvernement israélien met les bouchées doubles en Cisjordanie» «, a dit Olivia Zémor, présidente de l'Association EuroPalestine, en France.

- Avec l'AFP

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer