L'ex-femme de Berlusconi devra lui rembourser 90 millions $

Une liste énumérant les dépenses à prévoir pour... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Une liste énumérant les dépenses à prévoir pour que Veronica Lario puisse maintenir le train de vie auquel elle était habituée comportait «des croisières pendant au moins quatre/cinq semaines par an dans les Caraïbes».

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Rome

Silvio Berlusconi a obtenu jeudi la révision d'une décision sur la pension alimentaire de son ex-femme Veronica Lario, qui va devoir lui rendre les quelque 60 millions d'euros (90 millions $ CAN) déjà perçus.

Le couple est officiellement divorcé depuis février 2014, mais se déchire sur la pension alimentaire, d'abord fixée à trois millions d'euros par mois puis réduite à 1,4 million.

Jeudi, un tribunal de Milan saisi par le magnat des médias a entièrement annulé cette pension, au motif que l'ex-femme était suffisamment riche pour subvenir à ses besoins avec un capital de 16 millions d'euros, des bijoux de famille et une maison d'édition, selon les médias italiens.

En mai, la Cour de cassation italienne a en effet statué que la pension alimentaire n'était pas destinée à garantir le même train de vie que pendant le mariage et ne pouvait être octroyée que si l'ex-conjoint ne pouvait subvenir à ses besoins.

Une liste énumérant les dépenses à prévoir pour que Veronica Lario puisse maintenir le train de vie auquel elle était habituée comportait «des croisières pendant au moins quatre/cinq semaines par an dans les Caraïbes», selon des médias italiens.

Pendant son mariage, elle disposait «d'au moins une dizaine de membres de personnel de maison» à son domicile de la Villa Belvedere di Macherio, ainsi que d'entraîneurs sportifs pour superviser ses exercices dans la salle de sport familiale.

Sans oublier l'entretien du «parc, des statues, des bassins ornementaux, des fontaines, des piscines couvertes, des installations sportives», «les esthéticiennes, les coiffeurs», et les «cinq semaines de vacances à Porto Rotondo», sur la Côte d'Emeraude en Sardaigne, ont déclaré ses avocats au tribunal.

Veronica Lario, 61 ans, avait demandé la séparation de l'ex-chef du gouvernement italien en mai 2009, expliquant à l'époque dans une lettre aux journaux «ne pas pouvoir rester avec un homme qui fréquente des mineures».

Elle faisait alors allusion à la participation de Berlusconi à l'anniversaire d'une Napolitaine de 18 ans, deux ans avant l'explosion du scandale des soirées «bunga-bunga» avec la jeune Karima El-Mahroug, dite Ruby.

Condamné en 2013 dans cette affaire, M. Berlusconi a été blanchi en 2015. Mais il est actuellement jugé pour subornation de témoins pour avoir offert plus de 10 millions de cadeaux à Ruby et à d'autres jeunes femmes.

Malgré tout, la coalition de droite que le milliardaire de 81 ans appuyait a remporté une nette victoire aux récentes élections régionales de Sicile et, même s'il est encore inéligible après une condamnation pour fraude fiscale, il entend bien mener son parti Forza Italia aux législatives début 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer