Le président français se défend d'être «arrogant» et s'en prend aux envieux

Emmanuel Macron a déjà critiqué «les cyniques» et «les... (Photo Francois Mori, AP)

Agrandir

Emmanuel Macron a déjà critiqué «les cyniques» et «les fainéants» et fustigé dans un discours sur l'agriculture «les sceptiques, les fatalistes».

Photo Francois Mori, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Berlin

Le président français Emmanuel Macron a assuré dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel qu'il n'était «pas arrogant» mais «déterminé» à mener ses réformes, s'en prenant aux envieux qui paralysent le pays, selon lui.

«Je ne suis pas arrogant, je suis déterminé», a souligné le chef de l'État, selon de brefs extraits de l'entretien diffusés vendredi par le magazine. L'intégralité de l'interview sera publiée samedi.

Emmanuel Macron affirme en outre qu'il ne cèdera pas face à ceux qui développent selon lui des réflexes de jalousie typiquement français, car c'est «justement l'envie qui paralyse le pays», selon des bribes de propos tirés du communiqué de Der Spiegel et traduits de l'allemand.

Der Spiegel ne précise pas qui visait le président français par le terme d'«envie» ni quelle était la question posée.

Il avait déjà critiqué «les cyniques» et «les fainéants» et fustigé dans un discours sur l'agriculture «les sceptiques, les fatalistes», ceux «qui haussent les épaules et prennent des mines d'avoir tout vu en disant "il ne va pas y arriver"».

Le président français fait face à une mobilisation persistante contre sa réforme du droit du travail, et à des critiques acerbes sur celle de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), accusée de favoriser les riches.

Il a également été accusé d'arrogance après une saillie critiquant ceux qui «foutent le bordel» au lieu de chercher du travail.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer