Brexit: les négociations reprennent dans un climat tendu

Ce troisième round de négociations ne s'annonce pas... (PHOTO KRISZTIAN BOCSI, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Ce troisième round de négociations ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices, après que les Européens ont fustigé le « manque de substance » des positions des Britanniques, lesquels ont invité en retour l'UE à ne pas « traîner des pieds » et à être « souple ».

PHOTO KRISZTIAN BOCSI, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cédric SIMON
Agence France-Presse
BRUXELLES

Une nouvelle session de négociations s'ouvre lundi à Bruxelles dans un climat de défiance, entre des Britanniques impatients de discuter de futurs accords commerciaux avec l'UE et des Européens exigeant de se concentrer d'abord sur l'organisation de leur divorce.

Ce troisième round, qui s'achèvera jeudi, sera lancé en fin d'après-midi au siège de la Commission européenne, par le Monsieur Brexit de l'UE, le Français Michel Barnier, et son homologue britannique, David Davis.

Il ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices, après que les Européens ont fustigé le « manque de substance » des positions des Britanniques, lesquels ont invité en retour l'UE à ne pas « traîner des pieds » et à être « souple ».

« Nous travaillons dans le respect du mandat » de négociation donné par les dirigeants des pays qui resteront dans l'UE, a réagi lundi une porte-parole de la Commission, interrogée par la presse sur cet appel à la « souplesse ».

Les 27 ont fixé trois priorités absolues: la facture que devra honorer le Royaume-Uni en quittant l'Union, le sort des citoyens européens sur le sol britannique et l'avenir de la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Ce n'est qu'à condition d'avoir accompli des « progrès suffisants » dans ces domaines qu'ils accepteront de discuter, dans une seconde phase de négociations, de la « relation future » avec le Royaume-Uni sur le plan commercial.

« Très grand fossé »

Le temps presse pour organiser ce divorce sans précédent, programmé fin mars 2019, mais « ce n'est pas le manque de temps qui nous empêche d'avancer, jusqu'ici, c'est le manque de substance » côté britannique, a estimé vendredi un haut responsable européen.

« Si vous regardez où nous en sommes et où nous devons être [...] il y a un très grand fossé », a-t-il déploré, jugeant « peu probable » de le combler cette semaine.

« Les deux parties doivent être souples et vouloir trouver des compromis », a répliqué une source gouvernementale britannique, estimant qu'« aucune des deux parties ne devrait traîner des pieds ».

Londres estime en effet avoir « travaillé dur », a dit lundi le ministre du Brexit David Davis, rappelant que son gouvernement venait de publier une salve de documents sur sa position dans différents domaines liés au Brexit.

« Et nous sommes prêts à remonter nos manches et à nous mettre au travail une fois de plus », a-t-il ajouté.

Mais du point de vue de Bruxelles, la plupart des textes publiés par Londres traitent de la « relation future » avec l'UE, que les Européens refusent d'aborder pour l'instant.

« Monnaie d'échange »

Selon un haut responsable européen, les Britanniques « ont promis une présentation orale de leur analyse juridique » du règlement financier du Brexit, un dossier explosif, dans lequel Bruxelles a plusieurs fois déploré le silence de Londres.

Mais « aucune percée » n'est à attendre lors de cette session selon les négociateurs européens, dont l'objectif est de s'accorder rapidement avec Londres sur une méthode de calcul, sans parler tout de suite de chiffres.

Le solde de tout compte que devra verser le Royaume-Uni pour honorer ses engagements financiers au sein de l'UE est officieusement évalué côté européen entre 60 et 100 milliards d'euros, alors que Londres refuserait de payer plus de 40 milliards selon la presse britannique.

Sur la question irlandaise, l'UE est « un peu inquiète du lien » fait par Londres « entre l'avenir du processus de paix irlandais et la future relation » avec les 27, a expliqué un responsable européen. « Il est très important que le processus de paix ne devienne pas une monnaie d'échange », a-t-il insisté.

Et concernant les droits des expatriés après le Brexit, l'un des blocages majeurs demeure le refus britannique de voir la Cour de justice de l'UE garantir directement ces droits pour les Européens sur le sol britannique.

Pourtant, « il n'y a aucune autre possibilité », a insisté un responsable de l'UE.

Michel Barnier avait souhaité que les 27 puissent trancher la question des « progrès suffisants » lors d'un sommet en octobre. Ce qui aurait permis d'engager des tractations parallèles sur les futures relations commerciales avec Londres.

Mais selon une source diplomatique, le négociateur en chef de l'UE a récemment « exprimé des doutes » sur ce calendrier, en raison du peu d'avancées enregistrées.

À la veille du troisième round, le Labour, parti d'opposition travailliste, a adopté une position bien plus europhile que celle du gouvernement conservateur de Theresa May, en plaidant pour rester dans le marché unique européen pendant une période de transition post-Brexit.

L'ancien premier ministre travailliste Tony Blair, opposant du Brexit, sera reçu jeudi par le président de la Commission Jean-Claude-Juncker. Il ne faut y voir « aucun complot », a insisté un porte-parole de l'exécutif européen.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer