Deux membres des Pussy Riot arrêtées en Sibérie

Maria Alekhina et Olga Borissova ont déroulé une... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER @ALL_MARY)

Agrandir

Maria Alekhina et Olga Borissova ont déroulé une grande banderole blanche où les mots « Free Sentsov » (le réalisateur ukrainien emprisonné Oleg Sentsov) étaient inscrits en rouge, avant d'allumer des fumigènes bleus et rouges sur un pont de Iakoutsk, le 6 août.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER @ALL_MARY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

Deux membres du groupe punk contestataire russe Pussy Riot ont été brièvement arrêtées lundi à Iakoutsk, en Sibérie, où elles avaient manifesté leur soutien à un réalisateur ukrainien emprisonné.

« Nous sommes au poste de police », a déclaré sur Twitter Maria Alekhina, condamnée avec deux autres jeunes femmes en août 2012 à deux ans de camp pour avoir chanté une prière « anti-Poutine » dans une cathédrale moscovite, peine dont elle a purgé la quasi-totalité avant d'être grâciée en décembre 2013 par le président russe.

Sa camarade Olga Borissova a précisé dans une vidéo diffusée sur Twitter que les jeunes femmes étaient emmenées « au commissariat, accusées d'avoir commis un délit administratif, d'avoir manifesté sans autorisation ».

Elles y sont restées « cinq ou six heures » avant d'être libérées, a-t-elle ensuite déclaré sur Facebook.

« On nous a emmenées au tribunal, nous avons attendu une audience pendant une heure. Au final, l'audience a été reportée à cause d'erreurs dans les documents. Et donc, rien n'a eu lieu là-bas. Et on nous a libérées. C'est tout [mais ce n'est pas sûr] », a-t-elle écrit.

Les deux membres du groupe Pussy Riot avaient manifesté dimanche leur soutien à Oleg Sentsov, qui purge à Iakoutsk une peine de 20 ans de détention pour « terrorisme » après avoir été arrêté en Crimée peu après l'annexion en 2014 de la péninsule ukrainienne par la Russie.

Sa condamnation « est l'une des principales affaires politiques de l'histoire de notre pays », avait lancé Maria Alekhina, qui a posté dimanche une vidéo et quelques photos de leur action.

Avec Olga Borissova, elle a déroulé sur un pont de Iakoutsk une grande banderole blanche où les mots « Free Sentsov » (Libérez Sentsov) étaient inscrits en rouge, avant d'allumer des fumigènes bleus et rouges. Les deux jeunes filles portaient des cagoules colorées, signe caractéristique du groupe Pussy Riot.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, a salué leur action sur les réseaux sociaux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer