L'Église d'Angleterre admet avoir protégé un évêque agresseur

L'archevêque de Canterbury Justin Welby a admis que... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'archevêque de Canterbury Justin Welby a admis que l'Église n'a pas aidé ceux qui ont été assez braves pour dénoncer la situation.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Londres

Le leader de l'Église d'Angleterre admet qu'elle a aidé à cacher les agressions sexuelles de garçons et de jeunes hommes par un de ses anciens évêques.

L'archevêque de Canterbury, Justin Welby, a fait cette révélation jeudi, au moment où l'Église d'Angleterre publiait un rapport détaillant comment elle a géré le dossier de l'ancien évêque Peter Ball, qui a été incarcéré en 2015 après avoir été reconnu coupable de différents crimes, et notamment de deux chefs d'agression sexuelle. Celui qui a admis avoir agressé 18 jeunes hommes a été libéré après avoir purgé 16 mois de prison.

M. Welby a dit que le document est «très difficile à lire» et que l'Église n'a pas aidé ceux qui ont été assez braves pour dénoncer la situation. Il a présenté ses excuses aux victimes.

Le rapport explique que le comportement de Ball a «causé des torts importants à long terme aux vies de plusieurs hommes» et que «l'Église, aux plus hauts niveaux et pendant plusieurs années, a manqué de sagesse en l'appuyant».

Peter Ball avait été arrêté en 1992 alors qu'il était soupçonné d'agression, puis a été libéré sous caution. Il a pris sa retraite comme évêque de Gloucester, mais a continué de travailler dans des églises et des écoles pendant plus d'une décennie.

Le rapport indique que George Carey, qui était alors à la tête de l'Église d'Angleterre, croyait que Peter Ball était innocent et a joué un rôle dans le retour de celui-ci dans l'église.

Les leaders religieux ont également omis de remettre à la police des lettres qui soulevaient des doutes quant aux comportements de Peter Ball, soulève le rapport, ce qui donne l'impression qu'ils ont tenté d'étouffer l'affaire.

«L'Église a choisi de comploter et de cacher plutôt que de chercher à aider ceux qui ont été assez courageux pour dénoncer», a déploré l'archevêque Welby.

«C'est un comportement inexcusable et choquant», a-t-il affirmé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer