Un F-16 de l'OTAN frôle l'avion du ministre russe de la Défense

Un chasseur F-16 de l'OTAN.... (REUTERS)

Agrandir

Un chasseur F-16 de l'OTAN.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

Un chasseur F-16 de l'OTAN s'est approché mercredi de l'avion du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou au-dessus de la Baltique, ont affirmé des journalistes russes présents à bord.

D'après des journalistes des principales agences de presse russes, des avions de l'Alliance atlantique ont tenté d'escorter l'avion du ministre, et l'un d'entre eux a tenté de s'en approcher, mais le Su-27 qui lui servait d'escorte l'a forcé à s'éloigner.

«Le Su-27 a montré (à l'avion de) l'OTAN qu'il était armé en virant de bord. Après cela, le F-16 de l'OTAN s'est éloigné», a décrit un journaliste d'Interfax, présent à bord de l'appareil ministériel.

Interrogé par l'AFP, le ministère de la Défense n'a pas répondu dans l'immédiat.

De son côté, l'OTAN a affirmé qu'il s'agissait d'une «procédure standard».

«En général, lorsque l'aviation de l'OTAN intercepte un avion, elle l'identifie de visu, en maintenant toujours une distance de sécurité. Une fois (l'identification) achevée, les avions de l'OTAN s'éloignent», a déclaré le porte-parole de l'OTAN, Matthias Eichenlaub, répondant à une question de l'AFP portant sur cet incident.

L'Alliance, assurant que ses pilotes avaient agi «en toute sécurité», n'a pas confirmé la présence de Sergueï Choïgou à bord de l'avion.

M. Choïgou se rendait à Kaliningrad, enclave russe près de la mer Baltique, pour prendre part à une réunion du ministère de la Défense sur la «formation d'unités militaires dans le district Ouest», selon le porte-parole de l'armée, Igor Konachenkov, cité par l'agence TASS.

«La situation aux frontières occidentales de la Russie tend à s'aggraver. Cela est lié à la hausse d'activités militaires des pays de l'OTAN en Europe de l'Est», a affirmé M. Choïgou, selon RIA Novosti.

Cette réunion intervient deux jours après des exercices militaires de l'OTAN concentrés sur le passage dit de Suwalki (nord-est de la Pologne), un bout de terrain à la frontière polono-lituanienne, près de Kaliningrad.

Cette enclave fortement militarisée, où la Russie possède plusieurs bases militaires et une base navale, est souvent le lieu d'incidents entre les avions de l'OTAN et l'aviation russe, qui s'accusent mutuellement de provocations.

Lundi, un chasseur russe Su-27 a identifié deux «avions-espions américains», dont l'un a effectué des manoeuvres «provocatrices», a affirmé dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

L'OTAN a déclaré de son côté avoir suivi «la semaine dernière un nombre conséquent et inhabituel d'avions militaires russes survolant la mer Baltique», selon son porte-parole. Parmi eux, «des bombardiers stratégiques, des avions de chasse, de reconnaissance, de transport», a-t-il énuméré.

L'Alliance atlantique est en train de déployer quatre bataillons multinationaux en Pologne et dans les pays baltes, qui craignent une hypothétique attaque russe. Pour Moscou, le renforcement des forces de l'OTAN dans cette région traduit une volonté d'encercler la Russie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer