Début des discussions sur le Brexit «dans les deux prochaines semaines»

La première ministre britannique Theresa May a confirmé... (Photo Justin TALLIS, AFP)

Agrandir

La première ministre britannique Theresa May a confirmé à la chancellière allemande Angela Merkel que les discussions sur le Brexit débuteront dans les prochains jours.

Photo Justin TALLIS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

La Grande-Bretagne prévoit d'entamer comme prévu les négociations sur la sortie de l'Union européenne «dans les deux semaines», a déclaré samedi à la chancelière allemande Angela Merkel la première ministre britannique Theresa May, citée par ses services.

Alors que Mme May est sortie affaiblie des législatives de jeudi, à l'issue desquelles elle a perdu sa majorité parlementaire, elle a «confirmé son intention de débuter comme prévu les discussions sur le Brexit dans les deux semaines», a indiqué un communiqué de Downing Street.

La première ministre a de plus conclu samedi un «accord sur des grandes lignes» avec le petit Parti unioniste démocrate nord-irlandais (DUP), qui devrait lui donner une courte majorité pour gouverner.

«Nous pouvons confirmer que le Parti unioniste démocrate nord-irlandais a donné son feu vert au principe d'un accord sur des grandes lignes pour soutenir le gouvernement conservateur», a déclaré samedi soir le porte-parole.

À quelques jours de l'ouverture des négociations sur le Brexit, le soutien des dix élus du DUP, parti régionaliste protestant ultra-conservateur, était indispensable pour offrir une majorité de gouvernement aux conservateurs de Mme May, qui ont subi jeudi un échec cinglant.

La première ministre avait convoqué ces élections anticipées dans le seul but d'étendre sa domination à la Chambre des Communes en vue du Brexit. Mais plutôt que de gagner du terrain, les Tories ont perdu douze sièges pour se retrouver avec 318 députés, à huit longueurs des 326 requis pour avoir la majorité absolue. D'où la nécessité absolue des dix sièges du DUP.

Arguant d'un besoin de «stabilité» face à l'urgence du Brexit, Mme May a elle-même refusé de démissionner, assurant vendredi qu'elle formerait un nouveau gouvernement qui «mènera à bien la sortie de l'Union européenne».

La première ministre a reconduit les poids lourds de son gouvernement, Philip Hammond (Finances), Boris Johnson (Affaires étrangères), David Davis (Brexit), Amber Rudd (Intérieur), Michael Fallon (Défense) et devait compléter son gouvernement samedi.

Le nouveau Parlement siégera une première fois mardi, avant la cérémonie d'ouverture solennelle le lundi 19 juin, le jour prévu pour lancer les négociations sur le Brexit.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer