Plusieurs policiers sans armes à Londres

Les agents de police de première ligne coiffés... (Photo Eddie Keogh, Reuters)

Agrandir

Les agents de police de première ligne coiffés du traditionnel casque de bobby ne portent pas d'arme à feu.

Photo Eddie Keogh, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Londres) Le courage d'un policier londonien qui a affronté les terroristes avec un simple bâton, samedi, a mis à l'avant-scène une caractéristique presque unique au monde des forces de l'ordre britanniques : l'absence d'arme à feu à la hanche de l'écrasante majorité des agents. Sur le terrain, malgré la succession d'attentats récents, il demeure hors de question d'armer chaque patrouilleur, a constaté La Presse. Tour d'horizon.

« UN PEU FOUS »

Arrivé sur place alors que les trois tueurs armés de longs couteaux attaquaient d'innocents citoyens, le policier (son identité est tenue confidentielle par ses supérieurs) a engagé le combat avec son bâton, sans attendre les renforts équipés d'armes à feu. Il a été tailladé à la tête, au visage et à la jambe, mais il a survécu. Ken Marsh, président de la Fédération des policiers métropolitains, l'a vu lundi. « Il est sérieusement blessé, mais il a fait ce que tout flic ferait. Je n'aurais pas voulu qu'il fasse autrement. Mes collègues affrontent chaque jour des gens avec des couteaux ou d'autres armes. C'est ça, la police britannique. Nous sommes un peu fous sur ce point, nous courons vers le danger plutôt que le fuir », a-t-il expliqué en entrevue.

LÉGÈREMENT PLUS VISIBLES

Depuis l'attaque de samedi, les équipes spéciales de policiers munis d'armes longues sont un peu plus visibles à Londres : ils gardaient la scène de crime dimanche et se tiennent toujours, légèrement en retrait, devant les sites importants comme le parlement de Westminster ou le palais de Buckingham. On les voit aussi passer sur la route dans leurs rutilantes BMW, prêts à répondre à tout appel d'urgence. Entre 15 et 40 équipes du genre sillonnent la capitale et doivent pouvoir atteindre toute destination en cinq minutes. Mais l'agent de première ligne, celui qui interagit avec le citoyen, coiffé du traditionnel casque de bobby, n'a pas d'arme à feu. Pas plus que les enquêteurs ou les spécialistes en renseignement qui participent à l'enquête antiterroriste en cours.

INFIME MINORITÉ

Les chiffres du gouvernement indiquent qu'en Angleterre et au pays de Galles, moins de 5 % des policiers sont autorisés à porter une arme à feu. La proportion est légèrement plus élevée en région métropolitaine, mais ces armes demeurent l'exception. « Dans notre histoire, nous n'avons jamais eu l'armement obligatoire. Nous faisons de la police par consentement. Nous sommes au service du public et tout ce que nous faisons, le public doit l'approuver ; 90 % de nos interactions avec le public sont face à face. Par comparaison, la police américaine ne fait pas de police par consentement, mais de la police par les armes », affirme Ken Marsh.

SONDAGE RÉVÉLATEUR

Un sondage mené l'hiver dernier dans les rangs de la police métropolitaine a démontré que la majorité des agents ne souhaite pas qu'on impose le port de l'arme, mais aimerait tout de même voir plus d'équipes armées sur la route et plus de pistolets incapacitants à impulsion électrique sur le terrain. « Honnêtement, plusieurs agents ne passeraient pas le test si on leur imposait de porter une arme. Les critères sont très élevés, c'est une formation très spécifique », affirme M. Marsh.

RÉOUVERTURE DU DÉBAT

La multiplication des attentats provoque toutefois certaines remises en question. Lundi, un superviseur d'une unité policière armée a publié dans The Guardian une lettre ouverte plaidant pour la distribution de pistolets aux patrouilleurs qui en feraient la demande, sans le leur imposer. Il souligne que les spécialistes sont accourus en six minutes samedi pour neutraliser les terroristes d'une cinquantaine de coups de feu, mais que la situation aurait été différente hors des grands centres. Le temps de réponse en milieu rural choquerait la population, selon lui. « Il n'y a tout simplement pas assez de policiers avec des armes à feu pour atteindre rapidement ces endroits », dit celui qui avait pourtant juré, en se joignant à la police il y a 20 ans, de démissionner si on l'obligeait à porter une arme.

DIX MORTS EN SEPT ANS

La Commission indépendante des plaintes contre la police, un organisme indépendant qui enquête sur chaque intervention dans lesquelles la police ouvre le feu en Angleterre et au pays de Galles, dit avoir enquêté sur à peine 25 cas qui ont fait 10 morts depuis 2010, pour une population de plus de 56 millions d'habitants. « Ce sont des événements très rares ici, assez pour que quand ils surviennent, cela génère énormément de publicité. Dans la vaste majorité des cas, nos enquêtes démontrent que l'usage d'une force létale était approprié dans les circonstances », explique le porte-parole de la Commission, David Carnell, en entrevue.

VOX POP

Certains Britanniques ne sont pas prêts à voir des policiers armés partout. « Je ne crois pas que c'est nécessaire. Je serais sur les nerfs, comme si quelque chose était sur le bord de se produire », affirme Germain Herbert, un gardien de sécurité venu se recueillir au pont de Londres hier. « Je préférerais des armes non mortelles. J'aurais peur des problèmes comme aux États-Unis, où il y a des histoires d'horreur d'escalade de la violence », renchérit Lizzie Wallace, une étudiante en littérature de 19 ans. L'un des rares agents qui montait la garde avec un fusil d'assaut à proximité a haussé les épaules quand La Presse lui a fait remarquer que les patrouilleurs sont tous armés en Amérique du Nord. « Je suppose que c'est parce qu'une grande partie de la population est armée là-bas », avance-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer