Près de 2900 migrants secourus en Méditerranée

Sur les 2900 migrants secourus jeudi, 2300 d'entre... (Photo Kenny Karpov/SOS Mediteranee, REUTERS)

Agrandir

Sur les 2900 migrants secourus jeudi, 2300 d'entre eux faisaient route vers l'Italie et près de 580 ont été reconduits en Libye.

Photo Kenny Karpov/SOS Mediteranee, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ROME

Près de 2900 migrants ont été secourus jeudi en Méditerranée, dont 2300 d'entre eux faisaient route vers l'Italie et près de 580 ont été reconduits en Libye, ont annoncé les gardes-côtes italiens et libyens.

À Tripoli, la Libye, pressée par l'Union européenne d'intercepter plus de migrants, a demandé à l'Italie d'armer les vedettes de ses gardes-côtes afin de pouvoir faire face aux trafiquants.

Dans les eaux internationales au large des côtes libyennes, les gardes-côtes italiens ont annoncé avoir coordonné le secours de 2300 migrants embarqués sur dix barques en bois et 12 canots pneumatiques. Ils ont été pris en charge par des navires des gardes-côtes italiens, de l'opération navale européenne Sophia et d'ONG.

Médecins sans frontières a ainsi diffusé des images de centaines de migrants épuisés et soulagés sur le pont de son navire Prudence, qui faisait route vers Augusta, en Sicile, avec 743 passagers. Parmi eux, 78 femmes et 55 jeunes enfants, le plus petit âgé de six semaines.

Deux autres embarcations parties de Libye n'ont cependant pas atteint les eaux internationales.

Au large de Sabratah, à 70 km à l'ouest de Tripoli, 463 migrants ont été secourus à bord d'une embarcation en bois dont le moteur était tombé en panne, à annoncé à l'AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine libyenne.

Au large de Garaboulli, à 60 km à l'est de la capitale, les gardes-côtes libyens ont secouru 120 personnes originaires d'Afrique subsaharienne, à la dérive après que des hommes armés ont volé le moteur de leur canot.

C'est pour faire face à ces hommes armés que la Libye, encore sous le coup d'un embargo sur les importations d'armes imposé par l'ONU depuis la révolution de 2011 contre Mouammar Kadhafi, réclame des armes sur les vedettes que l'Italie est en train de fournir à ses gardes-côtes.

Six de ces vedettes ont été remises lundi et quatre autres sont encore prévues bientôt.

«Ces vedettes ne sont pas équipées d'armes. Nous ne pouvons pas patrouiller avec (celles-ci), en présence de trafiquants de plus en plus armés», a déclaré en conférence de presse Abdallah Toumia, un haut responsable de la marine.

Les migrants interceptés ou sauvés par les gardes-côtes libyens sont souvent détenus dans des centres de rétention en vue d'un rapatriement dans leur pays. Beaucoup se retrouvent cependant replongés dans le circuit des extorsions et des violences organisées par les réseaux de passeurs.

Depuis le début de l'année, l'Italie a vu arriver plus de 45 700 migrants sur ses côtes, soit une hausse de plus de 30% par rapport à la même période l'année dernière, selon un bilan du ministère de l'Intérieur qui ne prend pas en compte les migrants secourus jeudi.

Mais au moins 1229 personnes ont trouvé la mort cette année au large de la Libye, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), soit une pour 39 personnes secourues.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer