Montréal est Macron

Rassemblés au bar La Quincaillerie sur le Plateau... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Rassemblés au bar La Quincaillerie sur le Plateau Mont-Royal hier, les pro-Macron de la métropole étaient de fort bonne humeur.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois minutes avant l'annonce des résultats de l'élection présidentielle, on pouvait entendre une mouche voler à l'Union française, où une centaine d'électeurs vivant à Montréal étaient rassemblés. Le silence nerveux a fait place à un immense cri de joie quand Emmanuel Macron a été déclaré vainqueur.

Avant l'annonce des résultats, on pouvait entendre une... (Photo Robert Skinner, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Avant l'annonce des résultats, on pouvait entendre une mouche voler à l'Union française. Après, c'était les explosions de joie.

Photo Robert Skinner, La Presse

« Aujourd'hui, on fait la fête, mais dès demain,... (Photo Robert Skinner, La Presse) - image 1.1

Agrandir

« Aujourd'hui, on fait la fête, mais dès demain, on bosse. On a une législative à gagner et une majorité gouvernementale à aller chercher », a dit Roland Lescure.

Photo Robert Skinner, La Presse

« On a vraiment évité le pire ! J'ai pensé jusqu'à la dernière minute que c'était possible que Marine Le Pen gagne », a dit Marie Marquis, soulagée.

Si l'étudiante à l'Université Concordia, originaire de la région des Alpes, a d'abord voté pour le candidat de la droite, François Fillon, elle a peu hésité avant de soutenir le leader du mouvement En Marche ! au second tour de l'élection, et ce, même si elle avoue le trouver un peu trop néolibéral.

« Au moins, il va redonner confiance aux entreprises qui veulent investir en France. » - Marie Marquis

90% POUR MACRON

Un peu plus de 90 % des Français de Montréal qui sont allés voter samedi ont fait le même choix que Mme Marquis. Marine Le Pen a récolté 9,44 % du vote montréalais, et 4,50 % des votes enregistrés étaient soit blancs, soit nuls.

Si en France le taux d'abstention a été le plus élevé depuis 1969, les Français de Montréal ont été plus nombreux à voter samedi qu'au premier tour. En tout, 42,70 % des électeurs inscrits sur les listes consulaires ont exercé leur droit de vote.

Or, plusieurs s'attendaient à un taux de participation moindre à Montréal où près de 30 % de l'électorat avait choisi le candidat de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, au premier tour. Ce dernier ne s'est rallié à aucun candidat et plusieurs de ses partisans à Montréal, comme en France, prônaient l'abstention au second tour.

L'EFFET TRUDEAU

Heureux de voir « son » candidat remporter l'élection dimanche, Christophe Blot, originaire de Champagne, mais vivant à Montréal depuis six ans, notait qu'Emmanuel Macron doit une fière chandelle à Justin Trudeau, à qui le président français désigné, âgé de 39 ans, est souvent comparé.

« Justin Trudeau a été dans la tête des Français pendant cette élection. On s'est dit que c'était possible de voter pour un homme de 40 ans. » - Christophe Blot

D'ailleurs, pendant la campagne, le premier ministre du Canada, qui avait refusé de commenter l'élection présidentielle américaine, a offert à mots couverts son appui à Emmanuel Macron.

Rassemblés au bar La Quincaillerie sur le Plateau Mont-Royal dimanche, les pro-Macron de la métropole étaient de fort bonne humeur, mais pensaient déjà au prochain défi qui les attend : les élections législatives. Pour le moment, le président désigné ne dispose d'aucun député à l'Assemblée nationale. « Aujourd'hui, on fait la fête, mais dès demain, on bosse. On a une législative à gagner et une majorité gouvernementale à aller chercher », a dit dimanche Roland Lescure, ancien numéro deux de la Caisse de dépôt, qui a quitté son poste pour se rallier à la campagne d'Emmanuel Macron.

PAS DE SURPRISE CHEZ LES FRONTISTES

Joint par La Presse aux États-Unis, le porte-parole du Front national en Amérique du Nord, Denis Franceskin, a affirmé que les faibles appuis qu'a récoltés Marine Le Pen en Amérique du Nord ne sont pas surprenants. « L'Amérique du Nord n'est pas un terreau facile pour nous. Mais il y a une note d'espoir. En tout, 11 millions d'électeurs ont choisi Marine Le Pen en France et à l'étranger. À partir de demain [aujourd'hui], elle sera à la tête de l'opposition et ralliera les patriotes contre les mondialistes », a dit M. Franceskin.

Parmi toutes les villes nord-américaines, c'est à Québec que Marine Le Pen a fait son meilleur score.

Pour leur part, les électeurs français aux États-Unis ont assené une défaite encore plus cuisante à la figure de proue du Front national que leurs pairs au Canada. Dans l'ensemble du pays de l'Oncle Sam, Emmanuel Macron a récolté 93 % des voix.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer