Les parents de Maddie gardent espoir, dix ans après sa disparition

Kate and Gerry McCann... (Photo Joe Giddens, Associated Press)

Agrandir

Kate and Gerry McCann

Photo Joe Giddens, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Les parents de la petite Britannique Madeleine McCann ont confié à la BBC avoir toujours «l'espoir» de retrouver la fillette, disparue il y a dix ans au Portugal.

Maddie avait disparu de sa chambre le 3 mai 2007, à quelques jours de son quatrième anniversaire, dans la petite station balnéaire de Praia da Luz (sud), où elle séjournait en vacances avec sa famille.

La police portugaise avait classé l'enquête en 2008 après 14 mois d'investigations controversées, marquées notamment par la mise en examen des parents de la fillette qui ont ensuite été blanchis.

Après avoir passé deux ans à étudier le dossier, la police britannique a ensuite ouvert sa propre enquête en 2013 et effectué depuis plusieurs déplacements au Portugal, sans que ses fouilles n'aient révélé le moindre indice.

Cette semaine, Scotland Yard a assuré continuer à s'intéresser à des «pistes significatives», soulignant qu'aucune preuve n'établissait clairement la mort de l'enfant.

«Ce n'est peut-être pas aussi rapide que nous le souhaiterions, mais de vrais progrès ont été réalisés» dans l'enquête, a déclaré la mère de Maddie, Kate McCann, dans une interview diffusée dimanche sur la BBC.

«Nous avons toujours l'espoir de retrouver Madeleine», a-t-elle ajouté, en décrivant le dixième anniversaire de sa disparition comme un «terrifiant marqueur du temps, du temps volé».

«Nous avons toujours de l'espoir, c'est ce qu'il y a de plus important», a renchéri le père de Maddie, Gerry McCann.

Le couple a également expliqué avoir repris un semblant de vie normale ces dernières années.

«Le fait que la (police britannique) a lancé son enquête a ôté énormément de pression de nos épaules», a déclaré Gerry McCann. «Malheureusement pour nous, cette nouvelle normalité, c'est une famille de quatre (le couple a deux autres enfants, des jumeaux, NDLR)».

«Mais à un certain moment, vous devez comprendre que le temps n'est pas arrêté, et je crois que nous avons réalisé que nous devions aux jumeaux de nous assurer qu'ils puissent avoir la vie épanouie qu'ils méritent», a-t-il dit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer