Brexit: Theresa May reçoit Juncker, l'UE durcit sa position

La première ministre britannique Theresa May rencontre mercredi le... (Archives AFP, Oli Scarff)

Agrandir

La première ministre britannique Theresa May rencontre mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour la première fois depuis depuis le déclenchement le 29 mars de l'article 50.

Archives AFP, Oli Scarff

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Édouard GUIHAIRE
Agence France-Presse
LONDRES

La première ministre Theresa May reçoit mercredi à Londres le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour des discussions sur le Brexit au moment où l'UE durcit sa position sur les conditions de sortie des Britanniques du giron européen.

M. Juncker, invité par la dirigeante conservatrice, sera accompagné par Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Union européenne. Le ministre britannique en charge du Brexit David Davis participera également à la rencontre. Celle-ci a lieu à quelques jours d'un sommet des 27 à Bruxelles destiné à fixer les lignes rouges dans les négociations.

Autour d'un dîner de travail à Downing Street, les quatre responsables discuteront du «processus des négociations de l'article 50», a indiqué une porte-parole de la Commission, Mina Andreeva.

Il s'agira de la première rencontre entre M. Juncker et Mme May depuis le déclenchement le 29 mars de cet article, point de départ de deux ans de négociations à l'issue desquelles le Royaume-Uni fera ses adieux à l'UE.

Depuis son activation, plusieurs hauts responsables européens se sont succédé dans la capitale britannique: le président du Parlement européen Antonio Tajani, la semaine dernière, et le président du Conseil européen Donald Tusk, le 6 avril.

Ce ballet diplomatique montre que le Royaume-Uni envisage «les négociations d'une manière constructive et avec bonne volonté», a assuré mardi le porte-parole de Theresa May.

La cheffe de l'exécutif britannique a déjà indiqué qu'elle souhaitait conserver une relation «spéciale» avec l'UE, tout en optant pour ce qui est généralement présenté comme un Brexit «dur» incluant notamment la sortie du marché unique.

Mais l'affaire est loin d'être pliée, comme l'a rappelé la commissaire européenne au Marché intérieur et à l'industrie, Elzbieta Bienkowska, qui a déclaré, dans le journal allemand Die Welt, que Londres ne pouvait avoir «le beurre et l'argent du beurre».

Des compromis «nécessaires»

Signe des complications à venir, l'UE a durci sa position sur plusieurs dossiers clefs - les droits des citoyens après la sortie du Royaume-Uni, l'avenir des services financiers et la facture du divorce -, comme le montre un projet d'«orientations de négociations» consulté par l'AFP.

L'UE, qui a fait de la défense des droits des citoyens de l'UE au Royaume-Uni (et inversement des ressortissants britanniques dans le reste de l'UE) l'une de ses trois priorités, cherchera à garantir «le droit d'acquérir la résidence permanente» pour les personnes ayant vécu légalement cinq ans sur le territoire britannique, selon ce document.

Sur ce point, Theresa May pourrait s'accorder avec les dirigeants européens. Un porte-parole de Downing Street a fait savoir que la première ministre devrait profiter du dîner pour «réaffirmer son souhait d'obtenir rapidement des garanties sur les droits des citoyens européens vivant au Royaume-Uni, ainsi qu'un engagement réciproque» de la part de l'UE.

Le projet d'orientations de négociations est plus ferme également sur la question du secteur financier, que l'UE veut protéger de toute perturbation liée à la sortie de la City, principale place financière européenne, du marché unique.

Quant à la facture que devra régler Londres en quittant l'UE, c'est l'un des dossiers les plus sensibles des négociations, Bruxelles ayant déjà indiqué qu'elle serait «salée». Elle a été évaluée côté européen à environ 60 milliards d'euros.

«Nous aurons des questions difficiles à régler. Des compromis seront nécessaires des deux côtés», a reconnu mercredi David Davis, tout en ajoutant: «Mais le Royaume-Uni a de bonnes raisons de se sentir optimiste».

Le texte négocié à Bruxelles par les représentants des 27 États membres, dont une première version a été présentée fin mars, doit encore être finalisé jeudi en conseil des ministres, avant d'être signé samedi au cours du sommet extraordinaire des dirigeants, hors Royaume-Uni, dans la capitale belge.

Les États membres devront ensuite adopter des «directives» plus détaillées le 22 mai, lors d'une réunion qui confiera également au Français Michel Barnier son mandat de négociateur en chef pour les 27.

L'UE espère entamer les négociations sur l'article 50 après les élections générales anticipées prévues au Royaume-Uni le 8 juin. Ce scrutin a été convoqué par Theresa May, qui espère en sortir renforcée pour négocier le Brexit.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer