Allemagne: prison pour 4 néonazis qui voulaient attaquer des migrants

Le « président » Andreas H., 58 ans, à son arrivée... (Sven Hoppe, AFP)

Agrandir

Le « président » Andreas H., 58 ans, à son arrivée à la cour.

Sven Hoppe, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La justice allemande a condamné mercredi à des peines de trois à cinq ans de prison trois hommes et une femme néonazis pour avoir voulu commettre en 2015 une attaque contre un foyer de demandeurs d'asile.

Après onze mois d'audience, le tribunal de Munich (sud) a qualifié « d'organisation terroriste » le quatuor, qui s'était formé sur internet et baptisé « Oldschool Society », avant d'être arrêté en mai 2015.

Le « président » Andreas H., 58 ans, et son second Marcus W., 41 ans, se sont vu infliger quatre ans et demi et cinq ans de prison. Le « porte-parole » Olaf G., 31 ans, a écopé de trois ans de prison et la seule femme, Denise G., 24 ans, de trois ans et dix mois de détention.

Le parquet fédéral, seul compétent pour les affaires de terrorisme, avait réclamé quatre ans et demi à sept ans de prison, qualifiant les projets des accusés de « très concrets » et susceptibles de « tuer ». La défense avait de son côté plaidé l'acquittement.

Le groupuscule avait été interpellé avant sa deuxième rencontre physique, alors qu'il prévoyait de se retrouver du 6 au 8 mai 2015 pour mener « des actions », en l'occurrence une attaque contre un foyer de demandeurs d'asile dans l'État régional de Saxe (est), selon le parquet.

Deux des accusés s'étaient rendus en République tchèque quelque temps auparavant pour y acheter de grandes quantités de feux d'artifice interdits en Allemagne. Ils avaient prévu d'ajouter des clous à leur engin explosif pour multiplier les dégâts.

Mais ils avaient été repérés grâce à l'interception de communications téléphoniques et de messages sur internet.

Les membres de « Oldschool Society » seraient au nombre de 10 à 15 et une enquête est toujours en cours pour retrouver ces autres personnes, avait indiqué le procureur Jörn Hauschild à l'ouverture du procès, en avril 2016.

Les actes de violence contre les réfugiés se multiplient, notamment dans l'Est et en particulier en Saxe, depuis que l'Allemagne a accueilli en 2015 près d'un million de migrants fuyant la guerre et la misère.

Un autre groupuscule d'extrême droite est jugé depuis la semaine dernière à Dresde, capitale de la Saxe, pour une série d'attaques à l'explosif menées en 2015 contre des réfugiés et des représentants de la gauche locale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer