Angela Merkel à la Maison-Blanche le 14 mars

La chancelière allemande Angela Merkel en visite à... (Photo Zoubeir Souissi, REUTERS)

Agrandir

La chancelière allemande Angela Merkel en visite à Tunis, le 3 mars.

Photo Zoubeir Souissi, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BERLIN

La chancelière allemande Angela Merkel prévoit de rencontrer le président américain Donald Trump le 14 mars à Washington, a appris vendredi l'AFP auprès d'une source gouvernementale allemande.

Une porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a plus tard confirmé cette rencontre lors d'un point presse à bord de l'avion présidentiel. Selon elle, les deux dirigeants donneront une conférence de presse commune.

« Une telle planification est en cours », avait dit la source allemande.

« Nous ne démentons pas cela. Plus d'informations seront communiquées au moment opportun », avait indiqué pour sa part à l'AFP le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert.

La chancelière allemande et le président américain se sont parlé une fois au téléphone depuis la prise de fonctions de Donald Trump fin janvier, et l'annonce de la première rencontre entre ces deux dirigeants au style et aux idées très différents était attendue.

Mme Merkel a par le passé critiqué certaines positions du milliardaire américain, qualifiant par exemple d'anti-musulman son décret destiné à limiter l'immigration aux États-Unis.

Elle a aussi mis en garde contre la tentation du protectionnisme, se lançant notamment en février à Munich, devant le vice-président Mike Pence, dans un plaidoyer contre le repli sur soi.

De son côté, Donald Trump a vivement critiqué Mme Merkel pour sa décision « catastrophique » d'ouvrir son pays à des centaines de milliers de demandeurs d'asile en 2015 et 2016. Il a aussi accusé l'Allemagne de « dominer » l'Union européenne et souhaité que d'autres pays suivent l'exemple du Royaume-Uni en quittant l'Union européenne.

Par ailleurs, un des conseillers de Donald Trump, Peter Navarro, a accusé fin janvier Berlin « d'exploiter » d'autres pays de l'UE et les États-Unis avec un euro « grossièrement sous-évalué », rendant ses produits artificiellement plus compétitifs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer