Présidentielle française: Emmanuel Macron dénonce des attaques informatiques

Le candidat centriste à l'élection présidentielle en France Emmanuel... (PHOTO RAMZI BOUDINA, REUTERS)

Agrandir

Le candidat centriste à l'élection présidentielle en France Emmanuel Macron

PHOTO RAMZI BOUDINA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris, France

Emmanuel Macron, candidat centriste à l'élection présidentielle en France, a dénoncé vendredi des « attaques répétées » sur son site de campagne commises par des pirates informatiques dont « beaucoup » viendraient « d'Ukraine » et a critiqué également des attaques des médias russes Sputnik et Russia Today.

« L'élection [...] n'est pas truquée mais nous avons subi des attaques répétées, multiples, de pirates informatiques sur notre site internet, beaucoup viennent d'Ukraine avec de fortes présomptions », a déclaré l'ancien ministre de l'Économie, fondateur du mouvement En Marche ! sur Radio Classique, en assurant avoir transmis « des preuves » de ces attaques.

« Je souligne que plusieurs sites, Sputnik ou Russia Today, où vous avez beaucoup de journalistes français dont l'orientation politique n'est pas à démontrer [...], ont produit des attaques [...] en propageant qui des rumeurs, qui des propos assez infamants qui ne relevaient pas du journalisme mais plutôt de la pire presse d'opinion », a-t-il ajouté.

Lundi dernier, le secrétaire général d'En Marche !, Richard Ferrand, a fait état de « centaines, voire de milliers d'attaques » sur les système informatique, base de données et site du mouvement, en dénonçant aussi des « rumeurs diffamatoires » répandues, selon lui, par Russia Today et Sputnik News.

« Le mouvement En Marche ! a souligné à la fois ces attaques internet et d'autre part ces positionnements répétés de médias identifiés, avec aussi des hommes politiques dont les accointances sont connues avec la Russie », a souligné M. Macron, sans préciser à quels hommes politiques il faisait référence.

Mardi le porte-parole d'En Marche ! a, lui, directement mis en cause le Kremlin : « Le Kremlin a choisi ses candidats, François Fillon et Marine Le Pen, pour une raison très simple : ils ne souhaitent pas une Europe puissante, ils veulent une Europe faible et donc [...] ils font la promotion de ces deux candidatures sur des médias d'État », avait affirmé ce porte-parole, Benjamin Griveaux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer