France: quatre morts dans une avalanche

Les recherches ont mobilisé une centaine de personnes... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

Les recherches ont mobilisé une centaine de personnes - pisteurs, moniteurs, policiers - aidées de chiens et d'hélicoptères en raison d'une importante épaisseur de neige.

Photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sandra LAFFONT
Agence France-Presse
Lyon

En pleines vacances scolaires en France, trois touristes et leur moniteur de surf des neiges sont morts lundi dans une avalanche à Tignes, une station des Alpes, ont indiqué les autorités.

Les secours avaient d'abord évoqué un nombre de victimes potentielles plus élevé, la composition du groupe n'étant pas connue avec certitude. Mais au terme de dernières recherches et vérifications, les autorités ont annoncé en fin d'après-midi un «bilan définitif de quatre victimes» et la levée des recherches en cours depuis le matin.

Les quatre morts, des surfeurs de nationalité française habitués de cette station et qui «cheminaient» à pied quand ils ont été emportés par une plaque à vent, étaient un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans, le demi-frère de ce dernier âgé de 19 ans, et leur moniteur de 59 ans.

D'ultimes vérifications ont porté sur une cinquième personne qui se trouvait avec le groupe «quelques minutes avant le drame» et qui était censée les attendre au bas de la piste. Cet adolescent a été entendu et a «confirmé la certitude que la catastrophe n'a fait que quatre victimes», a précisé un représentant des services de l'État.

La confusion initiale sur le nombre de personnes du groupe serait due à une double prise en compte de leur inscription à cette sortie, sur internet et via le moniteur, selon les explications des autorités.

Spectaculaire, la coulée de neige, de 400 mètres de long, a eu lieu dans un secteur hors-piste, à quelques dizaines de mètres seulement de remontées mécaniques. Le personnel de la station a donné l'alerte à 10 h 35 (4 h 35 HE).

Les recherches ont mobilisé une centaine de personnes - pisteurs, moniteurs, policiers - aidées de chiens et d'hélicoptères en raison d'une importante épaisseur de neige.

«Risque marqué»

Lundi, le risque d'avalanche était de 3 sur 5. Qualifié de «marqué» par Météo France, ce niveau prévient que des avalanches sont «possibles parfois même par faible surcharge et dans de nombreuses pentes».

Il s'agit du plus grave accident survenu depuis le début de la saison de ski, qui a démarré tardivement cette année en raison d'un manque de neige avant la mi-janvier.

Depuis novembre, il y avait eu jusqu'alors 13 accidents d'avalanche dans les Alpes (sud-est) et les Pyrénées (Sud-ouest), qui ont fait au total trois morts, selon un décompte de l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches.

La saison dernière, 45 accidents en France ont fait au total 21 morts. L'avalanche la plus meurtrière remonte au 18 janvier 2016, quand onze militaires avaient été emportés lors d'un entraînement sur une piste de Valfréjus, non loin de Tignes. Cinq avaient été tués sur le coup et un sixième était décédé quelques jours plus tard.

La plus grave avalanche des dix dernières années s'est produite en été, en 2012, dans le massif du Mont-Blanc, avec neuf morts et neuf blessés légers au mont Maudit.

Tignes-Val d'Isère est une des plus importantes stations de ski des Alpes françaises, dont le point culminant se trouve à 3456 mètres. Située dans le massif de la Vanoise, elle propose 480 hectares de pistes balisées pour environ 80 remontées mécaniques, et 3200 hectares hors pistes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer