Vaste opération contre l'EI en Turquie: des centaines d'arrestations

Des membres de l'unité antiterrorisme tuque défonce une... (Photo Mahir Alan, AP/Dha-Depo Photos)

Agrandir

Des membres de l'unité antiterrorisme tuque défonce une porte lors d'une opération policière visant des personnes soupçonnées d'être des membres du groupe État islamique, le 5 février à Adiyaman, dans le sud-est du pays.

Photo Mahir Alan, AP/Dha-Depo Photos

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISTANBUL

La police turque a arrêté dimanche plusieurs centaines de personnes dans la plus vaste opération contre des membres présumés du groupe État islamique (EI) depuis l'attaque sanglante du Nouvel An à Istanbul, revendiquée par la formation djihadiste.

Selon l'agence progouvernementale Anadolu, 423 personnes ont été arrêtées lors de raids à travers le pays, dont des étrangers et des personnes soupçonnées de planifier des attentats.

Environ 150 suspects ont été arrêtés à Sanliurfa, dans le sud-est, et 47 dans la ville voisine de Gaziantep, proche de la frontière avec la Syrie où des jihadistes sont implantés, selon l'agence Dogan.

Soixante suspects, des étrangers pour la plupart, ont été arrêtés dans quatre quartiers de la capitale Ankara. Des dizaines d'autres personnes ont été arrêtées dans plusieurs provinces, de Bursa (ouest) à Bingol (est).

À Izmir, neuf personnes faisant des allers-retours en Syrie et soupçonnées de planifier des attaques dans cette ville côtière habituellement calme ont été arrêtées, a indiqué Anadolu.

L'un des suspects, un Syrien identifié par ses initiales, E.A., serait entré en contact avec des trafiquants pour aider des membres des l'EI à se rendre en Europe, selon Anadolu.

Dix-huit personnes ont été arrêtées à Istanbul et dans la province voisine de Kocaeli et sont également soupçonnées de préparer des attentats. Selon l'agence, 14 étrangers, dont dix enfants, doivent être expulsés.

Il s'agit de la plus vaste opération de la police contre des membres présumés de l'EI depuis le massacre du Nouvel An, lorsque 39 personnes, en majorité des touristes venus de pays arabes, avaient été tuées dans une attaque menée par un homme armé qui s'était introduit dans une boîte de nuit huppée d'Istanbul.

Le massacre avait été revendiqué par l'EI et la police a arrêté l'auteur présumé de l'attaque, Abdulgadir Masharipov, de nationalité ouzbèke, le 16 janvier après une vaste chasse à l'homme.

Selon le quotidien Hurriyet, l'EI entendait mener une attaque simultanée dans la nuit du Nouvel An à Ankara, mais avait renoncé à la suite d'arrestations menées par les autorités turques.

Un tribunal d'Istanbul a placé vendredi une dizaine de personnes en état d'arrestation, avant l'ouverture du procès sur l'attaque du Nouvel An, dont l'épouse de l'assaillant présumé, Zarina Nurullayeva.

Selon les médias turcs, elle aurait affirmé aux enquêteurs qu'elle n'avait « aucune idée » que son mari préparait un attentat.

La Turquie a été secouée en 2016 par une série d'attaques attribuées à l'EI ou aux séparatistes kurdes, qui ont fait des centaines de morts.

Ses troupes sont engagées depuis fin août dans des combats dans le nord de la Syrie contre le groupe État islamique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer