Marine Le Pen met à jour son programme

Marine Le Pen est en tête des sondages... (PHOTO JEFF PACHOUD, AFP)

Agrandir

Marine Le Pen est en tête des sondages de premier tour et donnée présente mais battue au second tour.

PHOTO JEFF PACHOUD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guillaume DAUDIN
Agence France-Presse
Lyon, FRANCE

Pas de révolution, mais quelques évolutions sémantiques sur l'euro ou la peine de mort : Marine Le Pen, à Lyon pour deux jours d'« Assises présidentielles » le même week-end qu'Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, dévoile ses « 144 engagements ».

Marine Le Pen, en tête des sondages de premier tour et donnée présente mais battue au second tour, dévoilera lors d'un rassemblement dimanche après-midi, sept grands thèmes de campagne : une France « libre », « sûre », « prospère », « juste », « fière », « puissante » et « durable ».

Dans les continuités : deux référendums rapides sur « la priorité nationale » et les quatre « souverainetés », budgétaire, territoriale, monétaire et législative, à « récupérer » ; la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations ; les 35 heures, négociables par branche ; la fin de l'Aide médicale d'État, la « tolérance zéro »...

Les nouveautés programmatiques sont assez techniques, notamment des messages à l'attention des petites entreprises. Aucun chiffrage n'a été donné à la presse.

Le vocabulaire a été lissé : pas de « sortie de l'euro » mais « rétablissement d'une monnaie nationale » ; « prime de pouvoir d'achat » plutôt qu'une « augmentation nette de 200 € des salaires jusqu'à 1,4 fois le SMIC » ; « remplacer les dispositions de la loi Taubira »...

La « perpétuité réelle » est désormais privilégiée à la peine de mort, même si Marine Le Pen, favorable à cette dernière, incite les Français à s'en « saisir » via un référendum d'initiative populaire nécessitant 500 000 électeurs. 

« Dans un premier temps, ça sera moins détaillé », expliquait à l'AFP Jean Messiha, coordinateur du projet.

Ce haut fonctionnaire a prévenu aussi : « Sortir de l'UE, de l'euro », thèmes qui inquiètent les électeurs et suscitent les attaques des adversaires du FN, « ce ne sera pas une promenade de santé mais nous assumons l'incertitude de la liberté ».

Mission très difficile

Marine Le Pen veut transformer cette présidentielle en référendum entre « patriotes » et « mondialistes ». Ces derniers ont des visages multiples, selon David Rachline, directeur de campagne : Macron « l'assumé », Fillon « le honteux ».

Pour un conseiller, Mme Le Pen « apparaît comme la candidate stable » avec une « mission très difficile : s'assurer des reports de voix au second tour ».

Aux régionales fin 2015, « la gauche s'est levée en masse » pour la droite et contre le FN. « À la présidentielle, ils vont bondir » pour l'écarter, s'inquiète-t-il.

Mme Le Pen et ses troupes tablent sur un affrontement de second tour avec l'ancien ministre de l'Économie Emmanuel Macron, « assez bonne formule pour nous », selon un dirigeant, avec « un débat extrêmement clair entre deux visions de la société » et une possible « fracturation de la droite », objectif central du FN.

« Sur le papier, Macron a plus de chances » de l'emporter, concède cependant un proche de Marine Le Pen.

Celle-ci doit aussi boucler le financement de sa campagne, d'abord.

Éloigner « ses » affaires, ensuite, notamment celle de ses propres assistants parlementaires, sa secrétaire et son garde du corps. Jugeant leur emploi indu, le Parlement européen va commencer en février à retenir sur son salaire d'eurodéputée près de 340 000 €. 

Deux des dirigeants du FN et des proches de Marine Le Pen sont en attente de leur procès en correctionnelle concernant le financement des campagnes présidentielle et législatives 2012.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer