Allemagne: Breitbart se défend contre des accusations de «fausse information»

Breitbart a activement soutenu Donald Trump durant la... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Breitbart a activement soutenu Donald Trump durant la campagne présidentielle américaine. Steve Bannon (photo), qui fut président de la société mère de Breitbart, est devenu conseiller du président désigné américain.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BERLIN

Le site d'informations ultraconservateur américain Breitbart a dénoncé une campagne « malhonnête » à son encontre après avoir été accusé de divulgation de fausses informations en Allemagne au sujet d'une prétendue attaque d'église par une foule d'étrangers la nuit du réveillon du jour de l'An.

L'un des rédacteurs en chef du site, Raheem Kassam, s'en prend dans un long article à l'« attaque malhonnête » contre l'article de Breitbart, confirmé par les faits selon lui, et met en cause notamment « la presse allemande, les responsables politiques de l'establishment et la police ».

L'article en question, publié le 3 janvier sur des événements qui se seraient produits à Dortmund (ouest), était intitulé « Révélation : une foule d'un millier d'hommes attaque la police et met le feu à la plus ancienne église du pays le soir de la Saint-Sylvestre ». Il ajoutait que la foule était surtout constituée d'étrangers criant pour certains « Allahu akbar ».

L'affaire a suscité un vif émoi dans les médias traditionnels en Allemagne et jusqu'au monde politique, qui y ont vu une illustration du développement du phénomène des fausses informations dans le pays.

Suite à la diffusion de l'article de Breitbart, fortement relayé sur les réseaux sociaux notamment, la police de Dortmund a tenu à publier deux jours après un communiqué visant à démentir les rumeurs d'attaque contre les forces de l'ordre ou l'église.

« La nuit de la Saint-Sylvestre à Dortmund a connu un déroulement plutôt dans la moyenne voire calme », selon la police, qui évoque « un rassemblement de 1000 personnes » sur le parvis d'une église et « une utilisation inappropriée de feux d'artifice du Nouvel An ». Elle ne fait à aucun moment état de tirs délibérés visant l'église ou d'attaque contre des policiers.

Selon le journal local Ruhr Nachrichten, les pompiers ont parlé d'un départ de feu sans gravité et rapidement maîtrisé dans un filet de protection devant l'église. Breitbart, qui cite à plusieurs reprises ce quotidien à l'appui de ses dires, affirme-lui que le toit de l'église a pris feu. Ce qui n'a pas été le cas.

Ruhr Nachrichten assure également que quelques « Allahu akbar » ont été scandés par un groupe de Syriens célébrant le cessez-le-feu dans leur pays en guerre.

Ce journal a accusé depuis Breitbart et des utilisateurs de réseaux sociaux « d'avoir utilisé ses articles pour en faire des fausses nouvelles, de la propagande et propager la haine ».

Le site ultraconservateur publie aussi à l'appui de ses dires une vidéo tournée le soir de la Saint-Sylvestre par ce journal où l'on voit une foule d'hommes réunie pour tirer des feux d'artifice. Aucune image ne montre d'attaque d'église et les attroupements pour tirer des feux d'artifice sont monnaie courante dans toute l'Allemagne ce soir-là.

Breitbart a activement soutenu Donald Trump durant la campagne présidentielle américaine. Steve Bannon, qui fut président de la société mère de Breitbart, est devenu conseiller du président désigné américain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer